Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Voix du monde > James Sacré traduit en galicien par Emilio Araúxo

James Sacré traduit en galicien par Emilio Araúxo

dimanche 23 février 2014, par Cécile Guivarch

Extraits de Labrego coma (cinco veces), paru avec la traduction en galicien par Emilio Araúxo aux éditions Noitarengo en Galice (Espagne)

Labrego entroido pouco se sabe
De onde vén iso, da cidade tanto coma
De antigas covas
Nas que dorméa o tempo, mestura
De vellas relixións, o medo
E de súpeto os teus farrapos
Coma un manto de rei, entroido
Ninguén sabe de onde veu, xesto descomposto
Carraxe da grandísima risa que se asusta
Mañá o tempo vólvete levar aos eidos
Cos farrapos para tapa-lo cu.

*

Antes mesmos de que eu remate estes poemas
Alguén xa se puxo a traducilos, ¿ Tivo
A sensación de perder as súas palabras
Nun borrador ? Ou na súa traducción
¿ E se tivese acabado
Estes poemas antes ca min ?

Sigo escribindoos
Aínda que el poida ter pensado doutra maneira, levado
Polo desexo de velos ao cabo
Axiña ou por moito tempo, coma
Un amigo que pasa, unha paisaxe, un verán ;
Mais alí onde me levan as palabras
Só é quizais outro borrador
Non terei feito máis que borrar
A sorte dun poema
¿ E se o traductor o tivese salvado ?

Paysan carnaval on sait mal
D’où ça vient, de la ville autant
Que d’anciennes cavernes
Où dormait le temps, mélange
De vieilles religions, la peur
Et d’un coup ta guenille
Comme un manteau de roi, carnaval
Personne sait d’où venu, geste défait
Colère de l’énorme rire qui s’effraie
Demain le temps te ramène aux champs
Avec ta guenille pour cacher ton cul

*

Avant même que je termine ces poèmes
Quelqu’un s’est mis à les traduire, a-t-il
Eu le sentiment de perdre ses mots ?
Dans un brouillon ? Ou dans sa traduction ?
S’il a pas fini
Ces poèmes avant moi ?

Je continue de les écrire
Autrement qu’il a pu penser, tiré
Par un désir de les voir à la fin
Vite ou longtemps, comme
Un ami qui passe, un paysage, un été ;
Mais là où m’emportent les mots
C’est peut être qu’un autre brouillon
J’aurai fait qu’effacer
La chance d’un poème
Si le traducteur l’aura sauvé ?

Emilio Araúxo a traduit pour ce livre l’ensemble "Paysan comme (quatre fois)", paru chez Collectif Génération et repris Chez Tarabuste dans "Affaires d’écritures (Ancrits divers)". James Sacré avait ajouté un autre ensemble pour Emilio Araúxo d’où le titre "Paysan comme (cinq fois)" qu’il a employé. Ce cinquième ensemble portait le titre "¿ Que é o que se viste de poema ?"
Ce texte a été publié en français par les éditions Potentille sous le titre "En tirant sur les mots".

La fiche de James Sacré sur Terre à Ciel

Emilio Araúxo vit en Galice où il photographie et écrit des poèmes autour du monde paysan.

Photo : Michel Durigneux


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés