Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Voix du monde > 3 poèmes de HSI Muren 席慕容, présentation et traduction Emmanuelle (...)

3 poèmes de HSI Muren 席慕容, présentation et traduction Emmanuelle Péchenart

dimanche 12 janvier 2020, par Cécile Guivarch

HSI Muren, mongole d’origine, est née le 15 octobre 1943 au Sichuan. Ses parents ayant quitté la Chine pour Hongkong, puis Taiwan, elle poursuit ses études au département des Beaux-Arts de l’Ecole normale de Taiwan, entame ensuite une carrière de peintre et expose dans différents pays, couronnée de nombreux prix, notamment le premier prix de l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Elle enseigne à l’Ecole Normale Hsinchu de Taiwan avant de devenir artiste à temps plein, toute son activité consacrée à la peinture et à la poésie. Elle publie, outre des volumes d’essais et de poésie, plus de cinquante recueils de peinture. Depuis une vingtaine d’années, elle se consacre à l’étude de sa terre d’origine, la culture mongole ancienne est devenue son thème de prédilection. Elle est aujourd’hui à ce titre professeur honoraire dans plusieurs universités chinoises et dans l’Académie mongole de Höhhot, et citoyenne d’honneur des communautés Evenk et Oroken. Ses poèmes sont traduits en de nombreuses langues.

3 poèmes de HSI Muren  席慕容

Cours de mongol       un texte de Mongolie intérieure

Siqin veut dire sagesse et Hasa veut dire jade
Sayhen et Goy signifient pareillement la grâce
Et lorsque nous appelons nos filles
Siqingoy et Hasagoy        en réalité
elles portent les mêmes noms que vos filles
Meiyu et Meihui Beau Jade et Sage beauté

Eheaojen c’est la patrie et Batele le héros
ainsi        de vous à nous
les espoirs peuvent tellement se ressembler
nous appelons nos garçons Orsinbatele
comme vous aimez nommer les vôtres
Guoxiong Héros national

Emugenina c’est la douleur Bayasina la félicité
Hajileng veut dire aimer       Jianeng veut dire haïr
Si vous êtes des vivants
pleins de cœur et de sang et de joies et de peines
nos esprits ne sont-ils pas eux-mêmes
emplis de chants et de soifs et de larmes et de rêves

(lorsque tu te présentes seul
nous pourrions lier une amitié fidèle
mais lorsque tu t’avances au milieu de la foule
pourquoi sommes-nous fatalement ennemis héréditaires ?)

Tenggeli c’est le firmament Yheaojen c’est l’univers
Hudengnodeg       désigne les prairies des hauts plateaux
ces territoires où nos ancêtres ont régné sans rival
l’homme et la nature y vivaient en bonne intelligence
le Ciel comblait de ses bienfaits un pur océan de vie

Estahe signifie la perte       Sunogeh la destruction
Neilbus ce sont les larmes    toute beauté réduite en cendre

(lorsque tu te présentes seul
ces prairies pourraient faire ton bonheur pour la vie
mais lorsque tu t’avances au milieu de la foule
pourquoi deviens-tu leur cauchemar et leur ennemi ?)

vents de sables de jour en jour plus proches
sont un signe déjà si évident
pourquoi t’obstines-tu à ne pas y croire

au sud de Gobi la sécheresse arrive pour des millénaires
Neilbus larmes intarissables
toute beauté       réduite en cendre

            18 juillet 1996 – 5 février 1999

蒙文課 — 内蒙古篇

斯琴是智慧     哈斯是玉
賽痕和高娃都等於美麗
如果我們把女兒叫做
斯琴高娃和哈斯高娃     其實
就一如你家的美慧和美玉

額赫奧仁是國    巴特勒是英雄
所以    你我之間
有些心願幾乎完全相同
我們給男孩取名奧魯絲溫巴特勒
你們也常常喜歡叫他    國雄

鄂慕格尼訥是悲傷    巴雅絲納是欣喜
海日楞是去愛    嘉嫩是去恨
如果你們是有悲有喜有血有肉的生命
我們難道就不是
有歌有淚有渴望也有夢想的靈魂

(當你獨自前來 我們也許 可以成為一生的摯友
為什麼 當你隱入群體 我們卻必須世代為敵?)

騰格里是蒼天    以赫奧仁是大地
呼德諾得格     專指這高原上的草場
我們先祖獨有的疆域
在這裡人與自然彼此善待     曾經
在上蒼最深的愛是碧綠的生命之海

俄斯塔荷是消滅 蘇諾格呼是毀壞
尼勒布蘇是淚    一切的美好成灰

(當你獨自前來    這草原可以是你一生的狂喜
為什麼 當你隱入群體    卻成為草原的夢魘和仇敵?)

風沙逐漸逼近     徵象已經如此顯明
你為什麼依舊不肯相信
在戈壁之南     終必會有千年的乾旱
尼勒布蘇無盡的淚

            一切的美好    成灰

Une rencontre en 2000 dans le Grand Khingan

Pourtant      pourtant
leur demandé-je affolée
quand je suis passée hier un bois s’étendait bien ici
bouleaux drus élancés dont jouaient au vent d’automne
les feuillages découpés et denses
jetant leurs éclats d’argent vague ou d’or tiédi

C’est bien peu de chose      répondent-ils en riant
Jadis      aux meilleurs jours d’exploitation
en une simple matinée nous pouvions avant midi
raser à blanc
branches géantes et troncs entrelacés de lianes et de sarments
de pins et camphriers mêlés      une forêt trois fois séculaire

Ainsi ne reste plus ici que moi
et un pauvre renard perdu   nous observant de loin
et sur la cime nue poursuivant
lui sa quête têtue moi le souvenir opiniâtre
d’un pays natal à jamais disparu

            15 septembre 2004

2000年大興安嶺偶遇

可是 可是
我向他們倉惶詢問
昨天經過的時候 這裡分明
還是一片細密修長的白樺林
在秋風中閃動的萬千碎葉
有的色澤如銀 有的如暖金

這不算什麼 他們笑著說
從前啊 在林場的好日子裡
一個早上 半天的時間
我們就可以淨空 擺平
一座三百年的巨木虬枝藤蔓攀緣
雜生著松與樟的 森林

所以 此刻就只有我
和一隻茫然無依的狐狸遙遙相望
站在完全裸露了的山脊上
牠四處搜尋 我努力追想
我們那永世不再復返的家鄉

            二〇〇四年九月十五

La langue maternelle

     pour le poète mongol Ba Lhavasüren

Qui es-tu    toi qui as su
sur la terre qui est tienne
nommer astres les astres       et nommer jour le jour
Enclore l’univers dans ton verbe    la perfection dans tes mots

Qui es-tu    toi qui as su
comme par mégarde recueillir le don dispensé par les anciens
explorer à ta guise les monts et les cours d’eau
chacune de leurs âmes et chacune de celles des plantes et des arbres
et accepter en partage       avec un tel élan
l’héritage de tout un peuple
toi l’orpailleur de mots et de paroles
toi qui as su       dans le cours déferlant des âges
ta vie entière écrire tes poèmes en ta langue maternelle

Ce bien est de l’essence la plus précieuse
que tu as reçu du sein de ta mère
et moi qui suis-je
pour l’avoir laissé s’envoler
malgré moi       et malgré moi le perdre
dispersé au vent

            3 septembre 2009

母語

     ----寫給蒙古國詩人巴.拉哈巴蘇榮

你是何人 可以
在自己的土地上
指日就是日 指月即是月
音韻天成 字詞精確

你是何人 可以
毫不知覺地領受著祖先賞賜的福分
從容探索 每一處山川
每一棵草木的靈魂 可以
如此坦然享用 一整個族群
在時光的洪流裡
為你披沙揀金而成的語言和文字
可以 一生都用母語來寫詩

從母親懷中接受的
是生命最珍貴的本質
而我又是何人啊
竟然 竟然任由它
隨風而逝……

            二〇〇九.九.三


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés