Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Voix du monde > Giuliana Rocchi traduite du dialecte de Santarcangelo di Romagna par (...)

Giuliana Rocchi traduite du dialecte de Santarcangelo di Romagna par Gabriele Belletti

samedi 5 janvier 2019, par Cécile Guivarch

Tra i sas

Du c’l’éra la mi coèsa
da burdèla
l’è criséu l’érba
adès l’è dvént un órt.
Tra i sas di méur
che l’à lasoè la guèra
do tre luméghi
a s’éra andè a zarcoè
e sòta un cop d’imbòc
ardòta un pógn ad rózna
ò tróv la cèva granda
c’a n’éva zarcoè piò.
U m’è vnu in mént
e’ béus dla su sradéura
da du c’avdémi i zénghni
e i furistìr
cha da chi témp
is féva piò pavéura
e’ fred c’l’avnéva
menda e’ béus de gat
cla pórta vècia
senza piò culàur.
Ma quel che piò di tót
am so arcudoè
ca i simi tót
e u iéra la mi mà.

Parmi les cailloux

Là où était ma maison
d’enfance
a poussé l’herbe
maintenant c’est devenu un potager.
Parmi les cailloux des murs
qu’a laissés la guerre
deux trois escargots
j’étais allé dénicher
et sous une tuile inversée
réduite à une poignée de rouille
j’ai trouvé la grande clé
que j’avais cessé de chercher.
Je me suis souvenue
du trou de sa serrure
par où on voyait les gitans
et les étrangers
qui en ce temps là
nous effrayaient bien plus
le froid qui arrivait
par la petite entrée du chat
cette vieille porte
aux couleurs disparues.
Mais ce dont plus que tout
je me souviens
c’est qu’on était tous là
et il y avait ma maman.

Um buléva e’ sangv

Pórti e finestri sgangaroèdi
eì fug smórt
i candlót mal glundoèri
tla nécia de mi let sal fòi
um buléva e’ sangv
avéva vóint’àn.
Mataràz e cuérti ‘d loèna
termosiféun e pórti bóni
suféti sòta i cópp
ò fred l’istèss
e’ sangv un bòl piò
a camóin par la térza giovinèza.

Bouillonnements

Portes et fenêtres branlantes
le feu éteint
les stalactites de glace aux gouttières
dans la niche de mon lit de feuilles
bouillait mon sang
j’avais vingt ans.
Matelas et couvertures de laine
radiateurs et bonnes portes
plafonds sous les toits
j’ai froid pareil
le sang ne bout plus
je marche vers la troisième jeunesse.

A m’arcórd

Mo tò
se màunt un gnè piò
la coèsa ad Brancalètt -
par quèll c’avéva zcórd
i zug spèsa i paièr
la léssa zò me tenimoèn dla scoèla adfura
i filaróin dla Delcisa e dla Cuncèta
al sbacaroèdi dla Giulia
al cantarèli dla Speroènza
la bustarghéda
e’ zug de cincinmòl tla stala
i squèzz dalòng dal lódli dal mungoèni
la ròca se curnècc
e agli òmbri grandi
tal nòti ad léuna
che ma néun burdéll
al s’féva córr adnìnz da la pavéura.
E pu lì, l’arvura.
Sòta la su òmbra granda
sa léu i próim inchéuntar
al próim prumèssi
al pianzéudi.
E’ pòzz sla zrèla
e bài me sècc du cl’éva bivéu lì
par bài al su belèzzi.
Pu, puzoèd sàura la vìra,
spicès insén zò tl’aqua
par no vài e’ curagg
da guardoès ti ócc.

Je me souviens

Mais tiens
sur le mont il n’y a plus
la maison de Brancalètt -
c’est pour ça que j’avais oublié
les jeux derrière les meules de paille
la glissade sur la main courante de l’escalier extérieur
les amoureux de la Delcisa et de la Concetta
les rires en cascade de la Giulia
les fougasses de la Speranza
les graines de courge
le jeu du cincinmòl dans l’étable
les longues éclaboussures de caca des vaches
la quenouille avec la mèche
et les grandes ombres
les nuits de lune
qui nous enfants
nous faisaient courir loin de peur.
Et puis lui, le chêne.
Sous sa grande ombre
avec lui les premiers rendez-vous
les premières promesses
les pleurs.
Le puits avec la poulie
et boire au seau où elle avait bu
pour boire ses beautés.
Après, appuyés à la margelle,
se refléter ensemble dans l’eau
parce qu’on n’avait pas le courage
de se regarder dans les yeux.

Da par mè

Da par mè
cmè un cagnàz
t’una nòta nira
cmè la pàilza
a sint la nàiva
prepoténta
c’lam bat tla faza -
a ciéud
ma dróinta
la nòta l’è piò nira
la luce l’è vnu moènc
l’aqua lan gnè
e’ campanàun un sàuna
e la candàila la sta brusénd
l’éultum bróisal ad zóinz.
L’è la nòta dla pasquèla
um poèr l’an de nivàun
quant u i éra la mi mà
c’las racucléva.

Seule

Seule
comme un sale cabot
dans une nuit noire
comme la poix
je sens la neige
arrogante
qui me fouette le visage -
je ferme
mais à l’intérieur
la nuit est plus noire
la lumière a disparu
il n’y a plus d’eau
le campanile se tait
et la bougie consume
le dernier petit bout de mèche.
C’est la nuit des Rois
ça me fait penser à l’année de la neige interminable
quand ma maman était là
à nous dorloter.

Dòni

La s’alvéva al tre dla nòta la mi nòna
l’andéva a rubé l’érba
da vend ma quei di cavàl
par to’ e’ poèn mi su burdéll.
La s’alvéva la matóina al quàtar la mi mà maloèda
la purtéva la Bina
la nostra cavrina bienca c’la s’déva e’ làt
a magné i caplét di bósc.
Am so alvoè una vóita intìra la matóina te schéur
per lavuroè
ma cmè la mi nòna e la mi ma
l’è l’istess ca n’apa fat gnént -
a sém dòni.

Femmes

Elle se levait la nuit à trois heures ma grand-mère
elle allait voler l’herbe
pour la vendre à ceux des chevaux
pour donner du pain à ses enfants.
Elle se levait le matin à quatre heures ma maman malade
Elle amenait la Bina
notre petite chèvre blanche qui nous donnait le lait
manger les baies des bois.
Je me suis levée une vie entière le matin quand il faisait encore noir
pour travailler
mais comme ma grand-mère et ma maman
c’est comme si je n’avais rien fait -
nous sommes femmes.

Admoèn chìlt

Ta m’è duvù ciamoè
a ne savéva t’stévi moèl ;
quant a so vnéu
ta m’é brazoè fórt
tan l’évi fat mài ;
e quant ta m’é mustroè
la tu feróida
ò strèt i dìnt
a i n’éva vést un’oènta ;
pu ém ragiunoè
e próima c’a’ndéss véa
ta m’é ciapoè al moèni
e ta m’é détt
-Scrivéma
scróiv ancàura
fin cu iè e’ témp
admoèn chìlt i à da lèz
quel c’a lasém.-
T’évi capói
t’é lutoè
ta ni l’é fata.
Adès tci ‘ndoè dri lì
dri la mi Nanda
e intoènt che a ‘spèt da vnói
av pórt un fiàur.

Demain les autres

Tu* as dû m’appeler
je ne le savais pas que tu étais malade ;
quand je suis venue
tu m’as serrée fort
tu ne l’avais jamais fait ;
et quand tu m’as montré
ta blessure
j’ai serré les dents
j’en avais vu une autre ;
puis nous avons parlé
et avant que je m’en aille
tu m’as pris les mains
e tu m’as dit
-Écrivons
écris encore
tant qu’il reste du temps
demain les autres devront lire
ce que nous laissons.
Tu savais
tu as lutté
tu n’as pas réussi.
Maintenant tu es là
où est ma Nanda
et en attendant de venir
je vous porte une fleur.

* Elle s’adresse à Nino Pedretti (1923-1981), poète de Santarcangelo aussi.

Al svégli móti

I li à ormai
strulgoè tóti
i à invantoè
al svégli móti
pansoè c’l’è
l’ónica vàusa
c’la m’arspònd
quant a m’arpàuns
tal nòti lònghi
e senza sònn.

Les réveils muets

Ils ne savent désormais
plus quoi inventer
ils ont inventé
les réveils muets
et penser que c’est
la seule voix
qui me répond
quand je me repose
lors de mes nuits
longues et blanches.

Le traducteur remercie Michelle pour l’aide et les précieux conseils


Giuliana Rocchi (Santarcangelo di Romagna, 1922-1996) è sempre vissuta nelle Contrade del suo paese natale. Abbandonati gli studi in quarta elementare dopo la morte della madre, inizia a lavorare. Nel corso della sua vita – caratterizzata da difficoltà materiali, proteste per i diritti dei lavoratori e la difesa, non solo in versi, dei più umili – è stata spigolatrice, operaia, bracciante, ‘serva’ presso una famiglia riminese, ma soprattutto poetessa (anche se lei non amava tale appellativo). Grazie ad un’iniziale vocazione ereditata dal padre per le ‘satre’ (componimenti satirici destinati all’oralità), ha scritto per tutto il corso della sua vita. Sono tre le raccolte dell’autrice : La vóita d’una dòna (1980), La Madòna di Garzéun (1986) e il postumo Le parole nel cartoccio (1998).

*

Giuliana Rocchi (Santarcangelo di Romagna, 1922-1996) a toujours vécu dans son pays natal. Elle a dû abandonner les études après la mort de sa mère et commencer à travailler à l’âge de dix ans. Pendant tout le cours de sa vie – caractérisée par des difficultés matérielles, des protestations pour les droits des travailleurs et la défense, non seulement à travers les vers, des défavorisés – elle a été glaneuse, ouvrière, employée agricole, domestique auprès d’une famille de Rimini, mais surtout poétesse (même si elle n’aimait pas cette appellation). Grâce à une vocation héritée de son père pour les satre (poèmes satiriques destinés à l’oralité), elle a écrit pendant tout le cours de sa vie. Trois recueils ont été publiés : La vóita d’una dòna (“La vie d’une femme”, 1980) – dont les poésies traduites ont étaient tirées –, La Madòna di garzéun (“La Madone des garçons”, 1986) et le posthume Le parole nel cartoccio (“Les mots dans le cornet”, 1998).


Gabriele Belletti (1980) est originaire de Santarcangelo di Romagna (Italie). Après des études en Philosophie aux Universités de Bologne et de Florence, il a obtenu un doctorat en Langue et Littérature italiennes à l’Université de Nantes et un post-doctorat à l’Université Nice Sophia Antipolis. Il a publié plusieurs articles sur la poésie italienne du 20e et du 21e siècles (Chroniques italiennes, Poetiche, Rivista di letteratura italiana) et deux plaquettes de poésie : Condominio (Anterem, 2010) et Beaujoire (CaratteriMobili, 2013). Son premier recueil, Krill, est sorti chez Marcos y Marcos en septembre 2015. Actuellement il vit aux États-Unis.


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés