Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Un ange à notre table > Sabine Péglion

Sabine Péglion

samedi 28 septembre 2013, par Sabine Huynh

[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]Extraits de Ces mots si clairs-semés (inédit)

Tu ne répares pas[azur]_____[/azur]à peine peux-tu[azur]_____[/azur]au fil des
mots[azur]_____[/azur]broder[azur]_____[/azur]quelque étincelle[azur]_____[/azur]à l’ourlet des jours
Que saisir[azur]_____[/azur]de l’instant[azur]_____[/azur]pour abolir la blessure
de ses lèvres[azur]_____[/azur]Son sourire[azur]_____[/azur]déchiré si
prés de la rupture[azur]_____[/azur]Tu ne répares pas

Ton regard cherche[azur]_____[/azur]au–delà[azur]_____[/azur]à transpercer le
mur[azur]_____[/azur]s’accrocher au sien[azur]_____[/azur]pour trouver[azur]_____[/azur]un chemin
Tisse[azur]_____[/azur]tisse[azur]_____[/azur]sans illusions[azur]_____[/azur]les mots sur la
page[azur]_____[/azur]Parler[azur]_____[/azur]chanter[azur]_____[/azur]assembler[azur]_____[/azur]peu importe
Tu inscris[azur]_____[/azur]fil à fil[azur]_____[/azur]la douleur[azur]_____[/azur]qui[azur]_____[/azur]se brise
Sur la trame[azur]_____[/azur]tendue de couleurs[azur]_____[/azur]tu reprises
au mieux[azur]_____[/azur]Tu sais bien que[azur]_____[/azur]rien[azur]_____[/azur]n’occultera la
trace[azur]_____[/azur]L’aiguille se faufile[azur]_____[/azur]insère un arc
en ciel[azur]_____[/azur]Pour quelle alliance[azur]_____[/azur]En quelle espérance

Tu ne répares pas[azur]_____[/azur]Les mailles du filet
que peuvent-elles retenir[azur]_____[/azur]avec ce trou[azur]_____[/azur]béant
Habiles[azur]_____[/azur]les mains[azur]_____[/azur]circulent[azur]_____[/azur]tentent de[azur]_____[/azur]resserrer
le maillage[azur]_____[/azur]Pour quelle[azur]_____[/azur]miraculeuse[azur]_____[/azur]pêche
Partir[azur]_____[/azur]alors[azur]_____[/azur]ne plus revenir[azur]_____[/azur]traverser
l’horizon[azur]_____[/azur]N’est-ce pas disparaître[azur]_____[/azur]Sous la
vague[azur]_____[/azur]la barque[azur]_____[/azur]s’enroule[azur]_____[/azur]le filet dérive
dans le bleu[azur]_____[/azur]du sillage[azur]_____[/azur]Tu ne répares pas

Tu ne répares pas[azur]_____[/azur]le linge[azur]_____[/azur]lacéré
Éphémère[azur]_____[/azur]végétation[azur]_____[/azur]Tu navigues[azur]_____[/azur]au-dessus
des cordes[azur]_____[/azur]balancées[azur]_____[/azur]bien au-delà[azur]_____[/azur]des haies
Laisse[azur]_____[/azur]sans regrets[azur]_____[/azur]la violence du vent
à travers[azur]_____[/azur]les[azur]_____[/azur]déchirures[azur]_____[/azur]vibrer[azur]_____[/azur]s’engouffrer
disperser[azur]_____[/azur]les nuages[azur]_____[/azur]Tu ne répares pas

Tout n’est que[azur]_____[/azur]cicatrice[azur]_____[/azur]sur la peau[azur]_____[/azur]de la
terre[azur]_____[/azur]Tu sais que pour[azur]_____[/azur]semer[azur]_____[/azur]il te faudra
trouver la faille[azur]_____[/azur]obscure[azur]_____[/azur]déposer[azur]_____[/azur]les graines
recueillies[azur]_____[/azur]en ces mots[azur]_____[/azur]avec tant de patience
Accepter[azur]_____[/azur]d’arracher[azur]_____[/azur]au passage[azur]_____[/azur]quelques ronces
Voir[azur]_____[/azur]enfin[azur]_____[/azur]s’épanouir[azur]_____[/azur]ces bouquets[azur]_____[/azur]espérés
Avoines folles[azur]_____[/azur]de lumière[azur]_____[/azur]dentelées[azur]_____[/azur]accrochées[azur]_____[/azur]à la pierre
Se courbant[azur]_____[/azur]s’inclinant[azur]_____[/azur]se relevant[azur]_____[/azur]sans cesse
Multipliant[azur]_____[/azur]au vent[azur]_____[/azur]les rares étincelles

Tu ne répares pas[azur]_____[/azur]Tu façonnes[azur]_____[/azur]Tu transformes
Tu recueilles[azur]_____[/azur]Tige à tige[azur]_____[/azur]Fil à fil[azur]_____[/azur]Maille à maille
Ces mots[azur]_____[/azur]éparpillés[azur]_____[/azur]Quelque ariette[azur]_____[/azur]oubliée
Cavatine légère[azur]_____[/azur]accrochant[azur]_____[/azur]dans ses yeux
un sourire[azur]_____[/azur]un plaisir[azur]_____[/azur]le désir[azur]_____[/azur]d’exister

[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]« Nous ne savons rien
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]nous ne savons rien de la douleur
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]la saison amère du froid
 »
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]« La mort de Guillaume Apoliinaire », par Tristan Tzara

Apaise-toi
Voici le temps venu
de trouver[azur]_____[/azur]d’accepter
d’autres lumières
vers d’autres terres

[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]Partir en cette absence
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]A la racine du vent
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]– Quoi de soi-même
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]et de la route menée
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]espérer ? –

[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]Partir au plus profond silence
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]enfoncer son visage
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]parmi les algues sombres

[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]Peu importe la nuit
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]il faut nager plus loin

[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]Partir avec confiance
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]spirales du soir descendu
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]s’y dissoudre
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]pour oublier le jour

[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]Peu importe ce vide
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]puisqu’il faut s’y résoudre

[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]Est-ce l’infini du bleu
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]Est-ce la mer soudain
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]qui t’a pris par la main
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]pour te parler d’elle ?

[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]– Ta main d’ombre et de silence
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]par tous les soleils répétée
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]Vois comme elle tremble encore
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]et ne peut résister –

[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]La pierre se redresse
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]et l’éclat sur ton bras
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]accueille la courbe
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]d’une aile

[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]à la périphérie du jour
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]passe l’aile de l’oiseau
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]sur la face du ciel
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]ton regard s’y consume

[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]Et s’il fallait[azur]_____[/azur]simplement
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]recueillir[azur]_____[/azur]au passage
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]de la griffe du temps
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]ce que fut ton visage ?

Faire un trou à la nuit

[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]Au crépuscule de tes
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]paroles s’avancer

[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]Faire un trou à la nuit
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]Laisser les étoiles
[azur]_____[/azur][azur]_____[/azur][azur]_____[/azur]s’évader

Cette parole[azur]_____[/azur]aux a
–bois[azur]_____[/azur]retiens-la[azur]_____[/azur]attrape
–la[azur]_____[/azur]Une[azur]_____[/azur]rumeur[azur]_____[/azur]un
chant[azur]_____[/azur]en bas[azur]_____[/azur]C’est vague[azur]_____[/azur]Et
toi[azur]_____[/azur]C’est où[azur]_____[/azur]là-bas ?[azur]_____[/azur]Dis
moi[azur]_____[/azur]pourquoi[azur]_____[/azur]j’étais pas

là ? J’étais[azur]_____[/azur]là – bas[azur]_____[/azur]Pas
écouté[azur]_____[/azur]Pas[azur]_____[/azur]parlé
Tes pas[azur]_____[/azur]s’en sont allés
Un bruit[azur]_____[/azur]violent[azur]_____[/azur]et le
silence[azur]_____[/azur]Faut[azur]_____[/azur]saisir
cette parole[azur]_____[/azur]qui

se faufile[azur]_____[/azur]entre les
dents[azur]_____[/azur]et les aiguilles
broyée[azur]_____[/azur]cassée[azur]_____[/azur]brisée
c’est – là[azur]_____[/azur]troué[azur]_____[/azur]Toi[azur]_____[/azur]tu
reprises[azur]_____[/azur]tu piques[azur]_____[/azur]files
les mots[azur]_____[/azur]Vers après vers

Rafistolé ? Jamais
Entier[azur]_____[/azur]Seulement bri-
–sé[azur]_____[/azur]cœur en morceaux ?
il s’est cassé[azur]_____[/azur]t’as pas
pu[azur]_____[/azur]lire[azur]_____[/azur]t’as pas su dire
Entre[azur]_____[/azur]les lignes de

nos vies[azur]_____[/azur]Rien à comprendre
Rien[azur]_____[/azur]à vendre[azur]_____[/azur]C’est quoi
ces cris ?[azur]_____[/azur]C’est quoi[azur]_____[/azur]la vie
À vendanger[azur]_____[/azur]les vignes
– le vin ne sera plus
tiré –[azur]_____[/azur]les grappes noires

écrasées[azur]_____[/azur]Mais il faut
boire[azur]_____[/azur]ce vin si âpre
Raisins trop verts[azur]_____[/azur]Enfants
vos lèvres[azur]_____[/azur]dures et vos
blessures[azur]_____[/azur]Dents agacées
verres[azur]_____[/azur]cassés[azur]_____[/azur]savoir

en rire[azur]_____[/azur]et sur[azur]_____[/azur]la page
enfin[azur]_____[/azur]inscrire[azur]_____[/azur]en
fil de rêve[azur]_____[/azur]broder
la soie[azur]_____[/azur]d’une lumière
qui vacille[azur]_____[/azur]surgit
s’élève[azur]_____[/azur]et s’éparpille

Extraits de l’entretien de Sabine Péglion avec Daniel Repoux (directeur des éditions Sous La Lime), figurant dans le CD (plage 36) accompagnant le recueil Traversée nomade (mars 2013), retranscrit avec son amicale autorisation.
N.B. : Les questions de D. Repoux sont déductibles des réponses, elles ne figurent pas dans le CD.

On peut écrire parce qu’on aime le geste, le silence, parce que la page devient une amie, recueille les confidences, apaise. En ce sens, « est-ce que j’ai toujours écrit ? », oui, j’ai écrit très tôt, c’est vrai, c’est un geste précoce. J’ai retrouvé un journal que je tenais, j’avais 8 ans, mais écrire, en ayant conscience d’un acte créateur, je dirais, depuis la fin de mes études, vers 20 ans. Pourquoi ? Parce que tout acte créateur passe par la nécessité de constructions, de règles à partir desquelles on trouve sa voix ; une réflexion dans l’adéquation ou dans la transgression, mais qui n’est jamais gratuite.

Pour écrire il faut du temps. Ecrire ou vivre disait Duras et c’est lié pour moi à la lecture, qui amène à l’écriture.

[...]

J’écris partout, n’importe où, sur des petits bouts de papier, plutôt la nuit entre 3 et 4 h., pour le silence, pour le calme, pour la concentration que cela suscite en moi. Parfois une phrase me réveille, je la note, j’ai plein de petits bouts de papier que je perds, que je retrouve, je n’ai pas de règles vraiment, de rituels, par contre, j’ai toujours un crayon, du papier et puis très vite un écran pour pouvoir travailler sur un espace, sur le vide, sur la page.

Pourrais-je me priver d’écrire ? Ne pas écrire, dans le sens exigent du terme, est souvent dû au manque de temps pour construire, pour écouter intérieurement, mettre en mots, en forme, mais me priver d’écrire, je ne sais pas, parce que écrire est inhérent à soi même, on porte, en soi ce désir, on en vit, on en souffre parfois. C’est une nécessité, c’est un point d’ancrage, c’est une conscience d’être…

Peut-être parce que dans écrire, il y a rire, il y a cri, c’est un éclat, c’est un écueil, c’est inéluctable.
Ecrire est un bonheur, plus rien ne subsiste que le chant recherché, le mot espéré, le mot juste que l’on poursuit, mais c’est aussi une souffrance, un continuel écartèlement. On essaie de partager des mots, on les cherche, parfois ils vous échappent.

Ce sont des instants privilégiés mais, en même temps, des instants où l’on se sent ailleurs, différent, des instants qui nous manquent. C’est en quelque sorte vivre un paradoxe constant.
On perçoit souvent, trop souvent la vacuité, l’insuffisance de l’écriture. Vacuité, insuffisance, par rapport aux autres, par rapport à la souffrance que l’on voit, pourtant on poursuit, on se dit que là gît l’essentiel, ce qui donne un sens à la route. C’est aussi une pensée obsédante, envahissante.

[...]

L’écriture, surtout l’écriture poétique tient de la fulgurance, elle tient de la maîtrise, de l’écoute intérieure, du silence, elle devient vite indispensable.

On aimerait pouvoir écrire tous les jours mais on n’a pas souvent le temps. Parfois quelques minutes que l’on vole aux autres, au rythme habituel, parfois ce sont des heures qu’on arrive à extraire du rythme habituel, mais on peut créer aussi sans que tout s’inscrive sur une feuille. Souvent, je m’aperçois que le poème s’élabore et se construit, peu à peu, même dans des gestes quotidiens, des gestes très prosaïques, de jardinage, de cuisine et, au moment où on s’assoit, les mots viennent beaucoup plus facilement, plutôt que de rester assise figée à son bureau face, à son écritoire.
[...]
Qu’est-ce qui est à l’origine d’un poème ? Qu’est ce qui nous inspire, nous fait rêver ? Ou qui suscite ce travail intérieur ? Cela peut être un regard porté sur les êtres, sur les choses ; une émotion le plus souvent qui soudain livre une image, un rythme. Cela peut être une lumière, une rencontre.
Certains poèmes sont nés d’une contrainte, je pense à une contrainte qui était extraite d’un vers de Yannis Ritsos : « Tu ne répares pas, tu rectifies une imperfection de l’être » et ce « tu ne répares pas » était assez obsédant, jusqu’à ce qu’il devienne poème.
Un poème peut naître d’un vers qui éclôt en soi, dont on ne peut se défaire tant qu’on ne le reprend pas pour aller vers… on ne sait pas...
Parfois le poème se veut dialogue avec un peintre, un sculpteur, avec ses œuvres, ce qu’elles font naître en soi.
A l’origine du poème une inspiration multiple, mais toute création ne peut surgir que dans une recherche personnelle intérieure, liée à une émotion.

[...]
Avant tout, je crois qu’au plus profond de soi existe un désir de partage. On voudrait que ces mots rencontrent un lecteur potentiel, sinon on arrêterait d’écrire.
[...]
Nombreux sont les poètes qui m’ont accompagnée, qui m’accompagnent toujours, vers lesquels spontanément je me dirige ou je me dirigeais car j’avais l’impression qu’ils avaient atteint une perfection. Il faut savoir pourtant s’en détacher car elle peut devenir stérilisante ! Les poètes qui m’ont habitée, m’habitent encore, évidemment Baudelaire, Apollinaire, Saint-John Perse, Eluard, bien sûr Philippe Jaccottet, Yves Bonnefoy et tant d’autres… mais on ne s’inspire pas de poètes ou de poèmes. Certainement ma découverte de Philippe Jaccottet, mon travail de doctorat sur son œuvre m‘ont permis d’accéder à une écriture que je cherchais de façon plus confuse, mais il faut aller plus loin en soi.

[...]
On ne peut pas écrire si on n’a pas lu, en cela je me sens très proche d’Aragon ; c’est vrai je n‘ai pas cité Aragon et pourtant j’y retourne souvent surtout sur les derniers poèmes, là c’est un immense poète.

Il faut se libérer des modèles pour trouver sa voix ; une fois qu’on a construit son univers, il faut essayer de prendre confiance dans ce qui naît au fond de soi-même et le laisser éclore avec justesse, essayer de trouver dans notre langage cette âme, ce souffle, cet espace dont parle Jean Joubert, « des mots qui portent en eux leur place ».

[...]
Je pense toujours à cette phrase que Valéry développe dans Ego Scriptor, il parlait de Malherbes qui disait que la différence entre la prose et la poésie tient de la différence entre la marche et la danse : quand on écrit en prose, on va tout droit on sait où on va, on a un but ; c’est comme la marche. La poésie : on danse, on forme, on construit un univers mais on n’a pas un but précis. C’est peut-être cela ce qui m’attire dans la poésie. Cet espace que l’on arpente, que l’on donne aux autres et dans lequel on va rêver.

Bio

Née en janvier 1957 à Monaco, Sabine Péglion vit en région parisienne, où le fil de la vie l’a menée voici près de trente et un ans. Des études de lettres à Nice et un doctorat sur l’œuvre de Philippe Jaccottet à la Sorbonne lui ont permis de concilier écriture, poésie et enseignement.

Outre des recueils de poèmes, elle a publié plusieurs textes dans des revues sur papier et en ligne, telles Poésie Terrestre, Voix d’encre, Interventions à Haute voix, Encres vagabondes, Les Lettres françaises, Étoiles d’encre, Ficelle, Les carnets d’Eucharis, Virgules et Pollen, Terres de femmes, Francopolis et Mouvances.

Sabine Péglion a participé au Festival de Houlgate en Août 2012, et au premier festival de Yaoundé (Cameroun ) Festi 7, en décembre 2012. Elle collabore régulièrement à des livres et expositions d’artistes, ainsi qu’à des collectifs de poésie. Elle anime des ateliers de poésie.

Bibliographie

Poésie / recueils :

Traversée Nomade, Paris, Editions Sous La Lime, 2013
Derrière la vitre, Soligny-la-Trappe, éditions V. Rougier, 2012
Australie, notes croisées, dessins de J. Bret, Paris, livre d’auteurs, 2011
Danse, deux regards poétiques sur des croquis de danse, en collaboration avec B. Moreau et J. Bret, Paris, livre d’auteurs, 2008
Métamorphoses, Nogent, éditions Hélices Poésie, 2005

Anthologies :

Les voix du poème
, Editions Bruno Doucey, 2013 (l’anthologie de référence du Printemps des Poètes)
Instants de vertige, Éditions Point de fuite, 2013
pas d’ici, pas d’ailleurs, Éditions Voix d’Encre, 2012
Enfantaisie, Éditions Sous la Lime, 2012
Côté femmes, D’ un poème l’autre, Anthologie voyageuse, poèmes réunis par Zineb Laouedj et Cécile Oumhani, Éditions Espace Libre, Paris/Alger 2010
Poètes pour Haïti, sous la dir. de Dana Shihmanian et Khal Torabully, Éditions L’Harmattan, 2010.

Participation à un livre d’art :

(Préface et poèmes) Ramiro ARRUE, peintre Basque, Éditions Maria de Isasi, juin 2011


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés