Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Terre à ciel des poètes > Pierre Soletti

Pierre Soletti

lundi 10 octobre 2016, par Cécile Guivarch

Si l’on en croit la rumeur, Pierre Soletti passe sa vie à s’amuser. « Je travaille pas et j’en ai fait mon métier  » a-t-il clamé un jour en public à un détracteur qui lui demandait ce qu’il faisait dans la vie. D’ordinaire, il répondait « ce que je peux », mais ce jour-là il était en forme, faut croire.
Il dirige la collection Petit VA ! pour le Centre de Créations pour l’Enfance de Tinqueux, dont il est auteur associé. Il est l’auteur d’une quarantaine de livres, de pliages, d’opuscules d’artiste, de CD & écrit pour le spectacle vivant, dont dernièrement : Petit théâtre nomade (théâtre et marionnettes, 2016) et prochainement : Auguste ne sait plus grand-chose du monde (théâtre, 2017).
Récemment, le premier album de son groupe Facteur Zèbre est sorti directement en librairie, sans aucune logique commerciale. De la logique, pourtant, Pierre Soletti en a sérieusement puisqu’il arrête assez tôt toute activité d’aliénation lucrative pour se consacrer entièrement à l’écriture et aux rencontres publiques.
Il a été traduit, non pas en justice, mais en italien, en slovène et en arabe, en attendant que d’autres langues veuillent bien se délier.
Il a confectionné des expositions pour des musées, galeries et divers lieux plus ou moins consacrés à l’art.

Il écrit débout (dans les bus et dans le métro), assis (dans le sable et dans la neige) et allongé (sur les rails et les trottoirs) Katia Bouchoueva

Tension extrême
Concentration grave
Mais lui, reste tourné vers l’autre
Que cet autre soit son partenaire musicien
Ou fragment du public
Ou sa solitude.
Talent époustouflant
Présence stupéfiante.

Julien Blaine

D’une écriture empreinte de fausse naïveté, de mots simples mais créant des surprises langagières, des juxtapositions graphiques ou lexicales, Pierre Soletti développe une poésie sans cesse animée, revendiquant de maltraiter la langue, à l’image du « poète agité » comme il est souvent nommé.
Magali Brazil, Maison de la Poésie de Nantes

Chant de guerre
livre d’artiste (XXII exemplaires)
aux éditions de Rivières (Alès)
interventions plastiques d’Yves Olry

je t’aime de stupeur & d’éboulis je t’aime d’étonnements je t’aime la chair & les séquelles je t’aime entier je t’aime entière je t’aime humanité qui s’essouffle je t’aime de rester sur ta chaise je t’aime quand tu te lèveras je t’aime travailleur émérite je t’aime paresseux chronique je t’aime mes morts par milliers je t’aime mes millions de disparus je t’aime & je crève en même temps je t’aime potence je t’aime gibier je t’aime je t’aime à en crever je t’aime légende intime pour la démesure de tes rêves que l’on taille je t’aime pauv’ con je t’aime en long & de travers je t’aime aussi dans la misère indien décimé de toute part de toute époque & de tout lieux je t’aime je t’aime c’est décidé je t’aime mon père ouvrier je t’aime esclave de ma peau noire je t’aime ma mère des passions je t’aime mes frères je t’aime ma sœur je t’aime je t’aime pour l’ivresse absolue de t’avoir vue la première fois je t’aime de rage je t’aime joie je t’aime espoir dans le grenier du dégoût je t’aime dans la fureur tout en bas je t’aime gros con du front national je t’aime en couleur je t’aime en noir je t’aime rouge je t’aime blanc je t’aime comme rarement je t’aime en chair je t’aime en os je t’aime poussière qui voyage je t’aime frontière je te déteste je t’aime en vers & contre tout je t’aime assise je t’aime debout je t’aime fusillée des nuages je t’aime sous les pavés d’orage je t’aime au cœur des solitudes je t’aime chimères éventrées du destin dans la soute de tes espérances crues je t’aime humanité qui s’essouffle je t’aime humanité je t’aime je t’aime dans les coins les recoins les bas-fonds les injonctions je t’aime un soupir à la main je t’aime animée je t’aime immobile je t’aime cotée en bourse je t’aime à poil sous la grande ourse je t’aime un pied dans la rigole je t’aime en plein cœur des naufrages je t’aime à terre ou à la nage je t’aime dans les tranchées dans la boue je t’aime debout à genoux je t’aime aller je t’aime retour je t’aime amour je t’aime dans les coins les recoins je t’aime sans créances sans retenue je t’aime sans acompte sans compter je t’aime

ERNEST PIGNON-ERNEST EXÉCUTE LES ANGES

(il leur vole dans les plumes)

extrait de À vous de voir
collection døuble zérø / Musée Ingres

Ingres fige ses toiles
ernest les bouge
ernest remue
ernest en mouvement
ernest plane
ernest dans le vent
ernest in
ernest est in
ern’est sud nord ouest
ernouest & ses mystères

Ernest Pignon-Ernest
est un punk du fusain hors aire déterminée d’avance
ernest est en dehors de tous les horaires
& de toutes les aires déterminées d’avance
il voyage toujours dans les voix rapides
les voies express
il sait donner de la voix à ses cobayes
tireur émérite
traceur d’élite
il trace du plomb dans l’aile
il trace au plomb
mine de rien
des anges aux regards pleins
au souffle évident
pleins du monde qu’ils regardent
les anges d’ernest ne sont pas si sages
ils dansent du fuseau
ils se dansent du fusain
écartent les jambes
ce sont des punks, ses anges,
aux sexes grattés, arrachés, frottés
par des fanatiques religieux
du 21ème siècle

tu y crois ?

Es-tu croyant ?

si le sexe est une provocation
pourquoi dieu a-t-il créé l’Homme à poil ?

Ernest Pignon-Ernest fait fuser son fusain
les images qu’il prend dans ses poches pochettes surprises
sont des fléchettes sexes d’ange
papier frotté... gratté... frictionné... fractionné... lustré...

on branle un ange
écoutez

un ange branle
sur sa feuille de papier

il secoue sa couenne :

Réel à vendre !

hanté par les ombres
laissées sur les murs
ernest dessine
les corps volatilisés
ernest sérigraphie
sur du papier fragile
ernest dans la cité
ernest sur les murs
ernest dans les cabines téléphoniques
t’appelle

fusain fusion
ernest trace

laisse des traces

matière à saisir l’essence
ernest se lit comme une partition du vivant

ernest écoute la lumière

ernest puise épuise le lieu

ernest peintre sans peinture

ernest génie du lieu

ernest installe lui-même
son œuvre dans la nuit

ernest clandestin
ernest secret
ernest résistant
ernest illégal
ernest hors la loi
ernest furtif
ernest fugitif
ernest ébahi

à tours de murs
photomatons mâtés
négatif | positif
épreuve | instantané

la vie ___ prise
sur le ___ vif
la vie ___ en prise
dire ___ cte
la vie ___ emprise
di ___ rec
te ___ ment
la vie ___ en prise
dire ___ cte
dire ___ etc.

la vie... ___ etc.

fresque frasque
escapade incartade
vivacité de l’image

ernest plastique
ernest plasticien
ernest dynamite nos légendes intérieures
ernest à y laisser quelques plumes
ernest à l’intérieur de soi
ernest crayonne
ernest esquisse
ernest croque
ernest ogre
ernest mange
ernest croustille
ernest projette
ernest silhouette
ernest montre
ernest défraye
avec la chronique
ernest effraie
chevêtre enchevêtre
ernest sérigraphie la nuit

ernest sérigraphie la vie

A-t-il vu la tristesse passer la grille du jardin
& se muant en arbre enfoncer d’une branche maigre
ses bourgeons dans sa poitrine en avisant :
« je fleurirai ici » ?

ernest vivant
parmi les vivants & les morts...


Liens sur la toile :

écouter-voir : -* Et nous dansons parmi les dinosaures
-* Un court extrait du tube de l’été "Mauricette"
-* Une déclaration d’intension [3’16’’ de texte improvisé avant l’interprétation de L’Oural]

son site : www.pierresoletti.fr

Bibliographie

  • Poèmes pour affronter le beau temps (et profiter du mauvais), Le port a jauni, 2017
  • Le silence, ses rebords, La passe du vent, 2016
  • Facteur Zèbre, L’album idéal, livre-cd, création graphique & illustrations d’Yves Olry, Baz’Art des mots/Ginkgo éditeur, 2016
  • Je ne sais pas dessiner, illustrations de Guy Calamusa, Les éditions du Frau, 2015
  • Poste restante, interventions graphiques d’Yves Olry, Maelström, collection Bookleg, 2015
  • À vous de voir, Musée Ingres, collection dØuble zérØ (mis en page par Nicolas Claveau) avec une œuvre d’Ernest Pignon-Ernest & un dessin-collage préparatoire de Ingres, 2015
  • http 404, Les éditions du Petit Flou, collection le coup de pied dans la lune, 2015
  • ici tout commence suivi de confetti démesure (in Histoires papier), Atelier du Hanneton, 2015
  • Muséhomme, postface de Katia Bouchoueva, Le pédalo ivre, 2014
  • SPOME, in VA !, revue de poésie du Centre de Créations pour l’Enfance de Tinqueux, 2014
  • Je travaille pas, collection Petit VA !, 2014 (rééd. 2015, 2016)
  • Abribus, encres d’Emmanuelle Van Winsberghe, Rafael de Surtis, 2014
  • Quand le vent chante, Les Carnets du Dessert de Lune/collection Lalunestlà, 2014
  • J’aime, illustrations de l’auteur, Møtus, 2013
  • Avec un voyage collé aux joues, illustrations de Valère Argué, Les éditions du soir au matin, 2013
  • Tout est cousu d’avance, Asphodèle éditions/collection confettis, 2013
  • Je songe, Les éditions du soir au matin, 2013
  • Chien d’orchestre, Les éditions du soir au matin, 2013
  • & cætera, interventions graphiques de l’auteur, Dernier Télégramme, 2012
  • Je dirais que j’ai raté le train, illustrations d’Amélie Harrault, éditions Les Carnets du Dessert de Lune, 2012
  • URGENT !! volume 2, livre-CD, Dernier Télégramme, 2012
  • En me cognant au livre, le titre m’est apparu, école supérieure d’art & design de Valence/Grenoble [workshop], 2012
  • Comptines qui collent aux doigts, illustrations de Claire Hemery, Asphodèle éditions, 2012
  • &crire, Color Gang, 2011
  • Voyage à la roue voilée, éditions Microbe, 2010
  • Encorps vivant, livre-CD avec Patrice Soletti (guitare solo), Dernier Télégramme, 2009
  • De la balle qui voyage à l’intérieur de la tête, Les éditions du soir au matin, collection écho pli, 2009
  • J’aurais voulu t’écrire un poème, illustrations de Valère Argué, postface de Jean-Marc Flahaut, Les Carnets du Dessert de Lune, 2008
  • Ma poésie est toute petite, Les éditions du soir au matin, collection mise en pli, 2008
  • La Gare, peintures d’Amélie Harrault, Les éditions du soir au matin, 2008
  • Stigmates de l’absence, photographies de Valère Argué, Les éditions du soir au matin, 2006, tirage limité
  • Buildings, empreintes d’Emmanuelle Van Winsberghe, postface de JC Belleveaux, éditions Rafael de Surtis, 2005
  • La démarche reggae du dromadaire, suivi de Début dans les barques, éditions Encres Vives, 2004
  • Pièces détachées de magie ordinaire, éditions Encres Vives, 2003

Livres d’artiste

  • Chant de Guerre, interventions plastiques d’Yves Olry, Les éditions de Rivières, 2016
  • ANATOMiX, avec des planches d’Yves Olry, 2016 (tirage unique)
  • La montée de Cordes sur Ciel, avec une peinture d’André Jolivet, collection Little Big Book/Voltije éditions, 2016
  • d.drone, avec de véritables drones d’Yves Olry, 2016
  • Concerto en clé de 12 pour piano mécanique, sur une partition d’Eric Segovia (tirage unique), 2015
  • Il n’y a pas d’O dans le mot bulle, aquarelle + encres de Thésée, collection Les élixirs poétiques, Arthésée éditions, 2015
  • SPAM BOX, tamponnage, peinturage et collages d’Yves Olry et de l’auteur, 2015 (tirage unique)
  • Accrochés au ciel, galets glanés par Thésée + aquarelles & encres de chine, collection Les parallèles, Arthésée éditions, 2014
  • Visages sans demeure, peintures et ciselures de Michel Julliard, 2014
  • La nuit, je recompte mes failles, découpes et dessins de Thierry Lambert, éditions Le galet, 2014
  • Encore plus rouge, découpes et dessins de Thierry Lambert, éditions Le galet, 2014
  • Il faudrait se boucher les oreilles pour mieux entendre, découpes et dessins de Thierry Lambert, éditions Le galet, 2014
  • Les treuils de silence, aquarelles + encres de chine Thésée, collection Les parallèles, Arthésée éditions, 2014
  • Jeu d’artiste (collection dirigée par Sylvain Moreau)

Des bouts de villes, dans la collection "Jeux d’artistes", Centre de Créations pour l’Enfance de Tinqueux, 2016


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés