Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Terre à ciel des poètes > Roger Des Roches

Roger Des Roches

samedi 28 septembre 2013, par Cécile Guivarch

[lilas]LE VERBE COEUR, extrait[/lilas]

Les mots beauté et tristesse,
et désarroi,
comme des X sur mes lèvres.
Puis ce mot que je n’ose jamais prononcer.
Puis les vagues,
le reste, qui vient, qui craque,
les arbres, dentelle frileuse qui coiffe l’île en face de moi.
Si je desserre les poings,
où suis-je donc dans ce qui menace
de s’effacer ?



[lilas]NUIT, PENSER, extrait[/lilas]

Je ne suis pas une femme,
j’ai les yeux petits
et, dans la nuit, moi,
je retire ce qui me couvre, moi.
Impossible de voir si la lune ment,
si on a sali le ciel,
si les mots, moi, forment des rubans ou des grimaces.
J’ai les yeux chauds, frais, indifférents.
J’ai raison : je n’ai plus sommeil, sommeil.



[lilas]DIXHUITJUILLETDEUXMILLEQUATRE, extrait[/lilas]

De la lumière de
l’odeur de
la fin du
gris de la couleur du jour de la chambre de la seule avec
Dieu qui gratte et Dieu qui tire et Dieu qui mord :
douzejuilletdeuxmillequatre
l’a transformée en pantin
une étrangère vient de naître
bousculée
divorcée
mangée
dont les yeux ne mesurent rien
pas même le péché d’abandon.
Je suis debout
à genoux
je ne regarde pas je parle mal.
Freud-le-charlatan le Diable sourit.



[lilas]LE NOUVEAU TEMPS DU VERBE ÊTRE, extrait[/lilas]

Je suis Être
La manière du soleil, les outils, la mer,
j’épouse, je goûte, je touche, tu sais, je veux,
j’accepte celles qui grimpent, les pluies,
puis mes souffles lancés comme dans une oeuvre,
je suis un sujet patient, juste, le petit coupé,
le petit planté, perdu, jeune, seul, devant,
les cheveux rouges, les yeux météore, depuis le monde,
comme mangé sous les pluies,
comme dans les mots « maison invisible »,
les mots « arbres jusqu’au fond de la terre »,
les mots « bercer visage horizon de jaune, écrire animal,
penser, lisser le très doux, le très lumineux, penser »,
j’égare, je connais mal, je suis, je montre le connaît-mal,
blanc, beige, prune, inventé comme témoin,
je tombe du haut du cou de l’animal, répéter l’animal,
je tombe en écrivant, j’écris des dents de sens,
et l’on me demande :
« Qui a bu ? Qui va jurer ? »
Au réveil, car je vais rêver,
j’ai le dément par la bouche, l’on me dit :
« V ous êtes patient, et le paysage se refait. »
Division des muscles.
Mots de hache comme les sansanges qui plongent.
Les miroirs s’éloignent.
La couleur blonde du sang.
Un homme secoué et labile.
Femme nue dans ma famille de mémoire.
À la terre brûlée par une autre femme nue.
Aux permissions données dans les cauchemars.
Aimer, croire dans les cauchemars.
La manière du soleil de disparaître de peindre,
de briser, de siffler quand la mer refait la mer.



[lilas]LA CATHÉDRALE DE TOUT, extrait[/lilas]

Penser que le sang est un homme.
Multiplier par mille ouest mille est par les langues.
Je pense que le sang est un homme.
Je bois le brûle en moi, les débuts du monde,
autour qui chasse en marche.
J’accepte, je donne, je grille.




Présentation

Né à Trois-Rivières le 28 août 1950, Roger Des Roches vit à Montréal.
Depuis le début des années 1970, il œuvre dans le domaine de l’édition, tour à tour travailleur dans l’imprimerie, graphiste, réviseur, correcteur, traducteur, assistant à l’édition (Les Éditions de l’Aurore), directeur des éditions et directeur général (Logidisque et Les Éditions Logiques). Depuis 1999, il a fondé SÉRIFSANSÉRIF, boîte d’infographie et de rédaction au service des maisons d’éditions, qui a, entre autres, veillé à la mise en pages de près de 550 ouvrages et revues en tous genres.
Roger Des Roches a publié près d’une quarantaine d’ouvrages, la plupart aux éditions Les Herbes rouges – une œuvre majeure, originale, source d’influence pour toute une génération de poètes.
Plusieurs de ses livres ont été mis en nomination pour des prix littéraires prestigieux. Son recueil La Réalité a mérité le Grand prix de poésie du Journal de Montréal 1992 et Nuit, penser a remporté le Grand prix du Festival international de poésie 2001. Son recueil de poésie, dixhuitjuilletdeuxmillequatre, unanimement salué par la critique, a remporté le Prix Chasse-Spleen de poésie et le Prix de poésie Terrasses Saint-Sulpice de la revue Estuaire.
Au fil des ans, il a été à l’origine de trois revues culturelles : Éther, Stratégie et Spirale.
On retrouve plusieurs de ses poèmes dans de nombreuses anthologies (au Québec, en France, en Belgique, en Italie, etc.). En septembre 2002, la carrière littéraire de Roger Des Roches s’est enrichie d’un nouveau volet, celui de la littérature jeunesse, avec la parution du premier tome de la très populaire série « Marie Quatdoigts », chez Québec Amérique. Son plus récent recueil de poésie, La Cathédrale de tout (Herbes rouges, 2013), marque le 45e anniversaire de publication de l’auteur. Il a terminé un roman pour adolescents, Boîtàmémoire, qui sera publié à la Courte échelle au printemps de 2014, et prépare un roman pour les plus jeunes, Imagine mes amis imaginés, ainsi qu’un recueil de poésie, Le corps encaisse.


Bibliographie

  • Corps accessoires, poésie, Les Éditions du Jour, Montréal, 1970
  • L’enfance d’yeux suivi de Interstice, poésie (avec une préface de François Charron), Les Éditions du Jour, Montréal, 1972
  • Les problèmes du cinématographe, poésie, Les Herbes rouges (numéro 8 de la revue), Montréal, 1973
  • Space-opéra (sur-exposition), poésie, Les Herbes rouges (numéro 15 de la revue), Montréal, 1973
  • Reliefs de l’arsenal, récit, Les Éditions de l’Aurore, Montréal, 1974
  • La publicité discrète, poésie, Les Herbes rouges (numéro 25 de la revue), Montréal, 1975
  • Autour de Françoise Sagan indélébile, poésies et proses – 1969-1971 (avec une préface de François Charron), Les Éditions de l’Aurore, Montréal, 1975
  • Le corps certain, poésie, Les Herbes rouges (numéro 30 de la revue), Montréal, 1975
  • La vie de couple, poésie, Les Herbes rouges (numéros 50-51 de la revue), Montréal, 1977
  • La promenade du spécialiste, poésie, Les Herbes rouges (numéro 54 de la revue), Montréal, 1977
  • Les lèvres de n’importe qui, prose, Les Herbes rouges (numéro 70 de la revue), Montréal, 1978
  • « Tous, corps accessoires… », poésies et proses – 1969-1973, Les Herbes rouges (coll. « Enthousiasme »), Montréal, 1979
  • Pourvu que ça ait mon nom, « confidences » – avec Normand de Bellefeuille, Les Herbes rouges, Montréal, 1979
  • L’observatoire romanesque, prose, Les Herbes rouges (numéro 77 de la revue), Montréal, 1979
  • L’imagination laïque, poésie, Les Herbes rouges, Montréal, 1982
  • Poème, attention ! suivi de Deuxième poème, poésie, Les Herbes rouges (numéro 128 de la revue), Montréal, 1984
  • Le soleil tourne autour de la terre, poésie, Les Herbes rouges, Montréal, 1985
  • Reliefs de l’arsenal, récit (réédition revue et corrigée), Les Herbes rouges (numéros 145-146 de la revue), Montréal, 1986
  • Tout est normal, tout est terminé, poésie, Les Herbes rouges (numéro 160 de la revue), Montréal, 1987
  • La jeune femme et la pornographie, roman, Les Herbes rouges, Montréal, 1991
  • La réalité, poésie, Les Herbes rouges, Montréal, 1992, Grand prix de poésie du Journal de Montréal
  • Le propriétaire du présent, poésie, Les Herbes rouges, Montréal, 1996
  • Le rêve, roman, Les Herbes rouges, Montréal, 1997
  • Le retour (tome 1), roman (d’après les textes d’Anne Boyer et de Michel d’Astous), Éditions Trois-Pistoles, Trois-Pistoles, 1999
  • Le coeur complet, poésies et proses – 1974-1982, Les Herbes rouges, Montréal, 2000
  • Nuit, penser, poésie, Les Herbes rouges, Montréal, 2001, Grand prix du Festival international de la poésie de Trois-Rivières
  • Le retour (tome 2), roman (d’après les textes d’Anne Boyer et de Michel d’Astous), Éditions Trois-Pistoles, Trois-Pistoles, 2002
  • Le verbe coeur, poésie, La courte échelle, Montréal, 2002
  • Marie Quatdoigts, roman jeunesse, Québec Amérique, Montréal, 2002
  • Les idées noires d’Amélie Blanche, roman jeunesse, Québec Amérique, Montréal, 2003
  • La vie cachée d’Eva, roman jeunesse, Québec Amérique, Montréal, 2004
  • La jeune femme et la pornographie, roman (réédition), La Musardine, Paris, 2005
  • Les fantômes bleus sont les plus malheureux, roman jeunesse, Québec Amérique, Montréal, 2005
  • Les cruels remords de Robert, roman jeunesse, Québec Amérique, Montréal, 2006
  • Nue, debout, décorée, poésie, livre d’artiste avec Augusta de Schucani, Daniel Leuwers, Saint-Cosme, 2004
  • Dixhuitjuilletdeuxmillequatre, poésie, Les Herbes rouges, Montréal, 2008, Coup de cœur des librairies Renaud-Bray (juillet 2008), Prix Chasse-Spleen de la poésie (novembre 2008), Prix Terrasses-Saint-Sulpice de la revue Estuaire (mai 2009)
  • Le nouveau temps du verbe être, poésie, Les Herbes rouges, Montréal, 2011, Prix de la bande à Mœbius (2009) pour 5 poèmes, dont la version remaniée a servi de base au présent recueil
  • La cathédrale de tout, poésie, Les Herbes rouges, Montréal, 2013

(Photo © Nathalie Constans, 2012)


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés