Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Terre à ciel des poètes > Christophe Esnault

Christophe Esnault

mardi 16 octobre 2012, par Cécile Guivarch

Christophe Esnault est co-fondateur avec Lionel Fondeville du projet littéraire musical et cinématographique Le Manque. 5 albums dont 20e fan et la compil de leur succès Nichon chaton par trente artistes (chez La Souterraine). Déjà plus de 190 films (clips et haiklips). Ensemble, ils collaborent avec de nombreux réalisateurs, musiciens, artistes, écrivains. Nietzsche m’a tout piqué, Je veux un enfant médiocre, Œdipe casserole, Je voudrais être Marlon Brando, Le mort du jour et les autres vidéos sont toutes visibles sur le net.

Photographie : Aurélia Bécuwe

Extrait de Isabelle à m’en disloquer, Les Doigts dans la prose, 2011

Quand Boris Vian l’émeut
Je ficelle le nénuphar
Un battement de cœur sur deux
Mes doutes isophases
Eclairent l’heure des adieux

Extrait de Correspondance avec l’ennemi, Les Doigts dans la prose, 2015

Au Marché de la poésie
A Saint Sulpice, Paris 6e

Je vais encore venir cette année. Pas pour acheter des livres (personne ne vient pour en acheter), ni pour les séances de signatures (puisque ça oblige à acheter des livres), ni pour votre scène lecture (j’ai autre chose à foutre). Je viens pour voir des potes et boire des godets.

L’année dernière avec Philippe Jaffeux, on n’a même pas été voir les stands, on est resté à la terrasse du Café de la mairie tout l’après-midi et il m’a raconté son expérience du peyotl au Mexique. Il y a là un putain de livre à écrire. On va le bricoler ensemble puisqu’avec sa sclérose en plaques il peut plus faire courir ses doigts sur un clavier et que j’ai renversé le pichet de sangria sur son dictaphone (à dix-sept heures j’étais déjà bien mûr).

Vous éditez chaque année un catalogue des éditeurs présents et un plan pour visualiser où se situe chaque stand. Le gros souci, c’est que rien n’indique l’essentiel. Je propose mes services pour que votre prochaine édition soit enfin pertinente. Il suffirait d’y ajouter un petit logo en forme de litron pour repérer très vite les stands où on picole gratos.

Christophe Esnault

PS : Ils sont sympa au Dernier Télégramme, mais leur vin en cubi, c’est un tord-boyaux. Du coup, faut aussi que je pense au logo Pinard toxique.

Extraits de Mythologie personnelle, Tinbad, 2016

J’écris une note de suicide interminable. Le mot griffonné et posé il y a vingt ans sur la table de la cuisine n’en finit pas de s’étendre, de s’augmenter via divers fragments textuels. Quand on a publié un livre, rien n’est résolu. Il faut en écrire un deuxième, puis encore un autre, rien ne remplace un acte. Que tout ait déjà été dit n’enraye en rien le processus. Suffit d’y injecter sa petite singularité et le tour est joué. Bon ou mauvais il y aura toujours un couillon pour applaudir, une fille pour tomber sa culotte.

Extraits de Mordre l’essentiel, Tinbad, 2018

Tu ne peux pas te permettre de rater ton existence sans y fondre du sublime. Le ratage ne s’improvise pas. Rater mieux écrit Beckett. Tout est là. Ne dédaigne pas les enseignements de tes aînés ni ceux des fous. Lis. Écoute. Observe. Polis ton Moi sur d’autres peaux. Savonne ton ego avec tes propres vomissures. Il ne s’agit pas de rédemption. Tu ne peux être coupable que de préférer le terne au morne. L’eau tiède à l’excès. Liste tes pires erreurs et parviens à en rire. Énumère tes fiascos et joue les alchimistes. La nature de ton regard dicte seule ce qui est beau. Étale ta sensibilité sur la table de ta cuisine et mange. Préfère danser sur la glace à être toi-même cette glace. Brise le miroir tendu par le manque et apprends les couleurs ta langue léchant les éclats de verre…

Extraits de Ville ou jouir et autres textes navrants, Louise Bottu, 2020

Cadavres

Ai eu la chance d’être un cadavre
Pendant une vingtaine d’années
Aussi, ça me pète à la gueule
Quand
Je vous vois arriver
Avec vos fictions & vos simulacres
Vos mensonges & vos alibis
Alors ça me pète à la tronche
De reconnaître ceux qui
Ne sont pas seulement morts
Mais que la vie n’a jamais
Approchés

 

Mieux

Mieux vaut être cancéreux
Que trop bien sucé
Pour te faire des copains
À la machine à café

Extraits de Poète né, Conspiration, 2020

Le poète voudrait tout troquer avec des poèmes griffonnés sur du papier d’emballage, mais la boulangère n’accepte pas cette pièce unique inestimable qu’il lui propose, elle préfère quarante-cinq centimes pour la demi-baguette.

Il possède des actes de naissances
Dans des moments de spleen
Il les plonge dans un bain d’absinthe
L’encre se dilue peu à peu
En même temps qu’il se sent mieux

L’enfant poisson-chat , Publie.net, coll. L’esquif, 2020

C’était à celui qui serait le meilleur menteur
Il fallait vous raconter le sexe et l’amour
Dont vous ne connaissiez
Absolument rien
Le seul qui se taisait en savait peut-être
Davantage
À treize ans
Il aurait fallu être un peu moins
Nigaud
Ça pesait
Ça taraudait
Et il fallait faire quelque chose
Dans la semaine
Se débarrasser par soi-même
D’une expérience non vécue
Saisir un bon couteau
Mais couper où et comment ?

Une fille de ferme
Un garçon manqué
Avec qui tu jouais
Au pied d’un barrage
Plus sauvage que n’importe laquelle
De tes camarades de classe
Et que toutes les filles vues à la télévision
Tu t’étais demandé si elle était bien normale
Son regard était d’une insolence folle
Tu n’as compris seulement
Trente ans plus tard que cette jeune fille
Avait été ton plus certain émoi sexuel
Et que ton éducation et les stéréotypes véhiculés
T’avaient fait sottement mentir sur ton désir

Pour faire une pause pendant
Cet après-midi de pêche à la mouche
Tu as mis dans ton sac les Carnets du sous-sol


Publications

Dans une soixantaine de revues dont Tina, Chimères, Place de la Sorbonne, Empan, Hétérographe, Espace(s), Doc(k)s, Catastrophes, Moebius, Phoenix, Dissonances, Du nerf, La Passe

  • Isabelle à m’en disloquer, Les Doigts dans la prose, 2011
  • L’amour ne rend pas la monnaie, Storylab (collection Décalab), 2012
  • Carnet retrouvé sur cadavre (sous le pseudo de K. Lewandowski), La Machine Folle, 2013
  • Neuroleptie, La Porte, 2014
  • Aorte adorée, La Porte, 2014
  • Correspondance avec l’ennemi, Les Doigts dans la prose, 2015
  • Nos suicides manqués, Storylab (collection One Shot), 2015
  • Apprendre à naître, La Porte, 2015
  • Mythologie personnelle, Tinbad, 2016
  • Mordre l’essentiel, Tinbad, 2018
  • Le nez dans la chatte, peinture de Jacques Cauda, Collection Le Livre pauvre de Daniel Leuwers, 2018
  • Ville ou jouir et autres textes navrants, Louise Bottu, 2020
  • Poète né, Conspiration, 2020
  • L’enfant poisson-chat, collection L’esquif, Publie.net, 2020

Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés