Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Terre à ciel des poètes > Christian Degoutte

Christian Degoutte

dimanche 23 février 2014, par Cécile Guivarch

Christian Degoutte est né le 10 septembre 1953 à Paris.
Il habite à Commelle-Vernay, dans le riant département de la Loire, non loin du fleuve du même nom

Extrait de des oranges sentimentales

Ce que je sais de tes seins, c’est à boire vite :
deux essaims de papilles, le miel des sagaies
dont mes mains sont brûlantes,
le soleil versé en cuisses sur mon visage

ou, sous l’eau tumultueuse des lampes la salive
des nébuleuses, les oranges dont mes lèvres crépitent.

Mais sous tes seins c’est quelle grosse pêche tombée
du souffle ce que je sais de ton cœur ?

- Pêche ou orange, ce que tu sais de mes seins
c’est plus que tout ce qu’on sait de soi :
pêche ou orange
bouche tout couleur brûlant dehors
mais tournée vers les viscères bouche blême
qu’on ne sait ni combler ni faire taire.

Extrait de Sous les feuilles

Quand on dort ce que nos peaux
chuchotent sous les draps
cette racine de tortueux gingembre
de respirer ensemble

ce que nos mains grattent
sous les bruits du souffle

au matin avec nos muscles nombreux
d’être nus tout à la sensation dodue
de nager entre les bras de l’autre
dans mes mains que tu soulèves
jusqu’à tes lèvres est-ce ça
que tu veux boire
ce chuchotis incompréhensible
de la nuit
ou est-ce pour leur confier
ta peur d’une vie touchée
que du bout des gants

Extrait de Il y a des abeilles

il y a des abeilles dans les jonquilles
un rosier, des jonquilles, des framboisiers
un jeune pin
où tu reposes juste vêtue
d’un court jardin

le jus de ta chair abreuve les prés
alentour
tu dors sous le galop de l’herbe

ton corps déborde du cimetière

tu es l’animal vert l’oreiller frais
des consolations tu dors dans ton pelage
d’herbes dans ton berceau de pimprenelles

et sur cette terre s’ils y posent leurs têtes
c’est contre ton ventre que tes enfants
s’endorment

Extrait de Trois jours en été

Du sommeil me tombe dessus, il va me dissoudre, me diluer dans la rivière. Je tousse, je fuis, je m’enfuis, je vole sur l’eau, sur les berges, sur le sable, sur les galets, indifférente aux cailloux qui m’entaillent les pieds, aux ronces qui me griffent les joues, aux accrocs sur mes bras, aux orties qui me sifflent sur les cuisses, aux toiles d’araignées tendues entre les berges et qui me barbouillent la bouche.
Plus loin, en aval, il y a une minuscule plage, une paupière de sable un peu sale sous des noisetiers. L’odeur fiévreuse des vaches, de paille mâchée, de sueur, de bouse a imprégné le feuillage, l’herbe, la terre : c’est rempli de chaleur, ça donne envie de boire du lait bourru, de se blottir contre le pelage fiévreux d’une bête.

Extrait de Six poèmes à deux voix

_- Qu’est-ce qu’elle fera une citrouille dans le poème
comme les fesses du soleil étalées sur la terre sucrée
de givre

______ou comme un tambour de cuivre
éclaire le fond d’une cuisine, illumine l’intérieur
de nos bouches, le dedans de nos désirs ?

Une citrouille qui vogue sur du journal froissé,
sur les têtes moutonnantes des désolations lointaines.
Faut-il que je la nomme gardienne du feu
et des étreintes,

____________que mes gestes naviguent autour
de son ventre boursouflé comme des planètes dociles ?

___ - Tes mains, planètes dociles ! Elles reviendraient
crever la taie des soucis et dénouer ta gorge
de ce fretin de mots :

_- Est-ce que quelque chose de nous bouge dans l’invisible
comme ici, à grandes pelletées,

________________________une citrouille
remue la lumière ?


Bibliographie

  • Sybilles ocres, Caractères, 1977
  • 34 cordeaux, Verso, 1989
  • Jokari, Verso, 1991
  • Comme si, Le Pré de l’Age, 1992
  • Par la fenêtre ovale, Philippe Morice,
  • Le Phimosis de Kleist, Le Grand Hors-Jeu 1992.
  • Jaune, De, 1993.
  • Donne, Polder & Décharge, 1995
  • Caca Peint, Le Grand Hors-Jeu 1994.
  • Sur les hauteurs de St Polgues, L’Impertinente, 2001.
  • Paroles cuites, La Petite Revue de l’Indiscipline, 2001.
  • Trois jours en été, L’escarbille, 2002 (roman)
  • Henry Moore à Nantes, Wigwam, 2002.
  • Il y a des abeilles, Le Pré Carré, 2003.
  • Voyage avec un vélo à travers le Forez pour aller chez Laura, Polder & Décharge, 2003.
  • Le Portillon de Fer, La Morale Merveilleuse, 2003.
  • Menu Linge, (hors commerce), 2006
  • Six poèmes à deux voix, Contre-allées, 2007
  • Il y a des abeilles, éd bilingue Allemand/Français, Verlag im Vald /Le Pré Carré, 2009 (traduction Rüdiger Fischer).
  • Du bout des doigts, Eole éditions, 2011 (photographies de Eole)
  • Il y a des abeilles, nouvelle éd. Dazibao, Le Pré Carré, 2012.
  • Des oranges sentimentales, éd. Gros Textes, 2013.
  • Sous les feuilles, éd. P.i.sage intérieur, 2013.

Sur l’auteur :

  • Jean-Louis Jacquier-Roux : Christian Degoutte, Le Chasse-Patate, Pré # Carré, 2003
  • Poètes d’aujourd’hui en Rhône-Alpes (Maison de la Poésie Rhône Alpes - Le Temps des Cerises), 2005.
  • Jacques Morin, La poésie de A à Z, Rhubarbe, 2010
  • Christian Degoutte / La Nouvelle Poésie Flamande (José Vandenbroucke, Chr Bruneel et P-A Cæsens), DVD, réalisation Dan et Guy Ferdinande, éd. Comme un Terrier dans l’Igloo dans la Dune, 2011

Autres

  • Édition de Chienne de ma vie, poèmes ‘’complets’’ de Claude Seyve, éd Gros Textes
  • Chronique En Salade, revue VERSO

Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés