Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Et d’autres feuilles > Raymond Farina, La Gloire des poussières, par Sabine Dewulf

Raymond Farina, La Gloire des poussières, par Sabine Dewulf

mardi 13 avril 2021, par Cécile Guivarch

Voici un titre en forme d’oxymore, qui dissimule un étrange projet : celui de rendre aux poussières la gloire qui leur est déniée. Un tel dessein puise en la mémoire : celle de l’Humanité. En effet, le livre s’ouvre sur un hommage aux rois mages et à ces « temps gothiques / où roi signifiait quelque chose ». Le mot latin rex était à la fois lié au pouvoir et à la spiritualité : la gouvernance d’un territoire et de ses habitants impliquait le fait de les conduire selon une certaine droiture, loin des « intrigues de cour », tout près des « bouffons » et des « clowns ». Du reste, le personnage qui suit immédiatement le roi, dans ce livre, est « l’artiste », dont le « pouvoir » est parallèlement placé en évidence. Celui-ci se résume au « privilège / de l’extrême légèreté / que Dieu n’accorde qu’aux oiseaux » et ne se conjugue qu’à un seul temps : le « futur simple ». Etre roi ou poète, c’est donc s’inscrire dans un élan qui mène hors de soi-même et de toute vanité.

Un tel élan ne saurait être confondu avec ces « voyages » futiles « qui vont quelque part ». Il bénéficie de la « brève lucidité » qui « nous fait rire de nos délires » et qui relie « deux nuances du bleu ». Traçant les mots de son poème comme un « éclair calligraphique », le poète ressemble à l’enfant : celui-ci « pose son oreille » dans l’herbe et accueille au plus près les aveux d’une terre qui « envie / la légèreté des nuages ». De même que le « bleuet » nous raconte « une histoire du ciel », Raymond Farina recueille les plus menues, les plus aériennes de nos poussières, abandonnées aux marges de l’Histoire, pourtant auréolées de « soleils virtuoses ». Ce sont les résidus de rêves inaccomplis, de désirs en suspens, de ces hallucinations saisissantes portées par les mythes : des « possibles éteints »… Ce poète possède le « sens du détail », au point d’espérer trouver un jour « le temps d’être dans le présent », avec la conscience aiguë que l’histoire de notre vie est une « fable sans fin », une « légende » plus légère que la vaine obsession de « perfection ». L’homme moderne n’a appris qu’à exercer son pouvoir de « destruction méthodique » ; en regard, la guerre que mènent les oiseaux est un « tourbillon d’ailes légères » ! Le poète s’interroge sur les fondements d’une telle absurdité : ne viendrait-elle pas de notre propension à « imposer une place aux choses », à quadriller l’espace pour mieux le conquérir ? En oiseleur averti, il nous propose une tout autre approche, à l’écoute d’un monde perçu comme « partition aérienne »…

De fait, pour ce poète-musicien, seule demeure la mélodie des vers, épris de l’enjambement. Cette musique s’enlace par exemple à la « douce, / douce spirale cachemire » des fumées de cheminées, dans l’ici incertain d’où le moi se déploie pour mieux s’effacer, tel un fantôme en sursis : « parti d’où tu n’étais pas, / tu t’éloignes d’où tu n’es pas ». Ses « graffiti orphelins » se tissent au « vent », à « l’ombre à ses côtés, / d’un ange familier », aux « confidences des morts », aux « cendres », aux « brindilles », aux « lucioles » et jusqu’à cette « miette fatale » d’une « fourmi sisyphéenne »… Il s’agit de s’extraire d’un temps étroit où les repères s’affolent (« les villes suffoquent », « l’hiver s’égare dans l’août », « les ponts séparent des hommes »), où chacun est trop certain d’exister comme une entité séparée des autres, et d’ouvrir le rêve d’un « Orient » « où l’on ne tue pas les enfants / avec la permission de Dieu ». Tour à tour le « sourire », l’humour, l’ironie, ou bien la gravité du dire, font éclater la bulle noire de notre monde, en ses actualités les plus visibles, ouvrant « dans l’impasse l’issue » d’un « silence » ou d’un « oiseau ».

Cette effusion de « poussières lointaines » nous mène ainsi jusqu’aux étoiles. Mais le poète sait rester humble et souriant : le « ménage du ciel » lui permet de philosopher en poésie, de trouer un instant notre cage mentale d’un « sublime » bien oublié, pour ensuite rendre simplement « à chaque bibelot céleste / son éclat et sa place / dans le bazar de l’Univers ». Si cette absurdité demeure, la confidence que Raymond Farina nous dépose au creux de l’oreille n’en est pas moins précieuse : « ne sois sensible qu’à la vie / qui murmure en ce qui s’esquisse ».

Sabine Dewulf

 

Raymond Farina, La Gloire des poussières, coll. Surya, éditions Alcyone, 2020, 16 €.


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés