Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Paysages > Jet(s) d’Encre de Geneviève Liautard et Bernard Vanmalle

Jet(s) d’Encre de Geneviève Liautard et Bernard Vanmalle

mercredi 4 octobre 2017, par Roselyne Sibille

Dans la série « Lendemains d’exposition »
Jets d’Encre(s)
À Bernard

Encre 1

Aplats, membres tendus, armés, piques acérées. Une barrière, là, jetée à la vue. Interposition. Violente manifestation d’exclusion. Plus que le noir, les pointes, et c’est danger imminent. La nébuleuse caresse est empêchée de faire son ouvrage de consolation. Elle pleure, s’en va avec lenteur, avec regret, renonce. De qui, de quoi, nous souviendrons-nous ?
Quand ta joue effleure la mienne c’est la même douceur bientôt barrée par la lance de ton regard. Fer chauffé à blanc. De cette main donnée aussitôt reprise naît l’aigu qui menace le cœur.


Encre 2

Piliers plantés dans la matière comme colonnes antiques aperçues dans la brume au petit jour. Mais le fragile affleure au cœur même de l’édifice, rongé, émietté de haut en bas. Travail de sape irrémédiable.
Les mots du calligraphe, dans un brouillard, témoignent de cette lente dégradation. Ne vous y trompez pas : « Nothing lasts », rien ne dure, le sable affleure sous la roche.


Encre 3

Foule, bruit, mouvement. L’humaine cohue prise dans un filet de mots. Maillage serré d’un langage pour nommer, désigner, dénoncer, énumérer, révéler, reconnaître.
Ce « langage c’est ce qui nous sépare, c’est la chute ».
Filet dérivant qui éloigne de ce qui, dans l’opacité fondamentale, reste inaccessible. L’autre.





Encre 4

Rio et ses cariocas, la joie profane monte, lance ses rires sur le débord de la page. Flamme des désirs humains, frottement des corps, langues ignées qui appellent l’eau. Enfer ou paradis ?
Le rythme s’accélère dans l’air saturé qui cambre les reins, emplit les gorges. Souffle transmis par des milliers de lèvres, va-et-vient en vagues fluides, Ying et yang, marée montante mêlant air et eau, flux et reflux. Transsudation de ma vie au travers de ton corps, de toi en moi.


Encre 5

Une nuée d’oiseaux tournoie dans la lumière tamisée d’un ciel d’hiver. Effervescence de plumes mouchetées, becs et ongles dans une inclinaison amicale. Salutation ailée.





Encre 6

Il y a douceur dans ce regard réduit à un point, une attente patiente. L’envol empêché borne le corps mais l’empli de vigueur pour l’après. Un jour se déploiera, sortira de l’ombre, se rapprochera du soleil quitte à se brûler les ailes, deviendra ce qu’il est.


Encre 7

J’entends le crissement de ta plume comme les pas sur le gravier. Tu biffes, exultes, biffes encore puis avec l’ampleur du geste jette l’encre dans l’inconnu.





Encre 8

Tu écris, pèses mots et signes sur la balance de ta vie. Ton dire se cache sous le poids vertigineux des ans, et tu peines à franchir la passe qui s’offre à tes rêves, te laisse démuni, incrédule, contraint à refaire chaque nuit le chemin. Quand atteindras-tu la lumière ?


Encre 9

Le cercle s’est ouvert sur ton front buté et tu refuses cette main tendue. Par un geste rapide tu esquives l’enlacement, te replies en ton centre, vide et creux. Jusqu’à quand seras-tu hors de toi, exclu de ta propre maison ?





Encre 10

Net, précis, tu époussètes ton trop plein dans l’air à l’aplomb du ciel et ce sont gerbes et lianes qui s’étalent en puissantes touches. Manque le vert qui ruisselle de la treille en froissure de feuilles. Ton arbre puissant ne connaîtra jamais la grappe, l’abeille, la fragilité des serments.





[Ces encres font partie d’un recueil de poèmes de Bernard Vanmalle édité aux éditions Villa-cisneros et intitulé Les instant originels.]


Photo © Nathalie Riera
Bio-bibliographie de Geneviève Liautard

Née à Aubenas (France) un jour de la Saint Valentin.
Après des études d’anglais et une carrière d’assistante de direction à Marseille, elle vit actuellement dans le Var, se consacre à l’écriture et à la traduction.
Cofondatrice de l’association Motissage qui regroupe des animatrices en ateliers d’écriture, elle a mené pendant 10 ans un travail en direction des enfants et des populations défavorisées.

De la terre varoise où elle est profondément ancrée par ses racines paternelles, au delta du Rhône emblématique de l’empreinte maternelle, elle a fait un terreau qui nourrit son écriture poétique.
La découverte de l’œuvre de Philippe Jaccottet fût décisive dans l’orientation de son travail poétique « entre jubilation et ignorance ».

Avec deux amies poètes, elle participe depuis l’été 2006 à l’émergence d’un nouvel auteur au triple visage, Malibert, qui signe une œuvre à six mains.

Publications :

Recueils :
2011 : Nada - Editions Encres Vives
2011 : Le Champ d’Ecume - Editions de la Bartavelle (2ème Position au 26ème Grand Prix de Poésie de la Ville de Béziers)
2017 : La bienvenue du Rouge-queue - Editions Encres Vives
2017 : Baby Blues – Edition du Petit Véhicule avec le plasticien et photographe Patrick Aubert

En revues :
Depuis une vingtaine d’années, diverses parutions dans les revues : Filigranes, IHV, Comme en poésie, Les Archers, Phoenix, Soleils et Cendre, Les Ecrits du Nord… ou en ligne : La revue des haïkus, Recours au Poème, Les Cahiers d’Eucharis…

Sous la signature collective de Malibert :
2010 : Tryptique pour un visage - L’Harmattan
2010 : Tu n’as pas de maison - Editions Encres Vives
2013 : Demeterre - L’Harmattan

En co-traduction avec Delia Morris :
Sélection de poèmes de l’américaine Jane Hirshfield dans les revues Phoenix, Les Cahiers d’Eucharis, NUNC, Terre à Ciel, Soleil et Cendres

Participation à des ouvrages collectifs :
2010 : « Portrait de groupe en poésie », anthologie des poètes du Scriptorium (Association de poètes fondée par Dominique Sorrente)
2016 : "Éloge et défense de la langue française" 137 Poètes, 10 Lettres ouvertes - Ed. Unicité (Coll. Poètes Francophones planétaires)

Livres et accompagnement d’artistes :
2013 : Vos Bleus, mon âme avec la plasticienne Marina Haccoun-Levikoff
2015 : Blanc, Noir, Silence avec le calligraphe et plasticien Bernard Vanmalle

Expositions et lectures :
2010 : Lecture mise en scène à la Cartoucherie de Vincennes de Triptyque pour un visage

Contact : gliautard@orange.fr


Bio-bibliographie de Bernard Vanmalle

Né en 1964 à Marseille, il suit des études de lettres en Khâgne au Lycée Cézanne d’Aix en Provence puis devient professeur de lettres Modernes en collège et lycée pendant 20 ans. Il sera chargé de mission poésie aux côtés d’Alain Freixe, formateur en pédagogie à l’IUFM de Nice avant de changer de métier et de devenir membre de la Maison des artistes comme calligraphe.
Depuis plus de quinze ans, il élabore une œuvre poétique aux confins des arts graphiques et de la chanson. D’un côté, il collabore avec des poètes pour des livres d’artistes collectifs qui mêlent poésie, calligraphie, photographie d’art. De l’autre, il met ses poèmes en musique, en chansons avec la complicité de musiciens émérites.
Son œuvre interroge en profondeur la notion de poésie, relation à la réalité et liens avec l’inconscient. Il s’est formé à la traduction des rêves et ce symbolisme nourrit sa création actuelle tant sur le plan de l’écriture que de l’art visuel.
Le travail de Bernard Vanmalle se présente sur des supports variés : installations, spectacles, performances, expositions, éditions de livres et de disques, et s’enrichit de nombreuses collaborations avec des artistes d’autres disciplines comme le photographe Elian Bachini ou le sculpteur Thierry Hamy mais également avec des spécialistes du livre et de l’écriture. Son unité vient d’un travail permanent sur le langage poétique, de textes faits pour être proclamés et chantés.

110 expositions personnelles. 30 expositions collectives. 15 spectacles. 15 installations. 20 évènements littéraires et artistiques. 21 livres d’artistes. 8 livres édités.

Bibliographie :

2017 : Sable rouge - Poèmes de V. Civitella, ocres de B. Vanmalle - Ed. du Petit Véhicule (à paraître)
2016 : Longtemps - Poèmes d’A. Benedetto et encres de B. Vanmalle - Ed. du Petit Véhicule
Les instants originels - Recueil de poèmes et calligraphies de B.Vanmalle - Ed. Villa-Cisneros
2015 : Poème numérique : Portrait chinois (résidence Bruxelles projet Erasmus+)
Livre géant : Les hommes-livres (résidence Pelplin Pologne projet Erasmus+)
2013 : Visages du Vent - Recueil de poèmes + CD aux éditions Les Cahiers de l’Egaré
La politessse du verre - Recueil poétique édité par la revue Esquisse
Espoir muet - Livre d’artiste poésie et photographie, créé avec Elian Bachini, photographe
2009 : Bleu de sel. Recueil de chansons + CD. Ed. Les Cahiers de l’Egaré
Callimages - Poèmes animés par ordinateur en collaboration avec Agathe Houdayer et Philippe Hélaine, infographistes (Commande de la mairie de Sanary/mer)
2003 : M comme amour - Recueil de mots poétiques, Ed. Publi-Libris (Lausanne)
2000 : Poien - Poèmes et graphismes en collaboration avec J-C Babois, poète - Ed. du CIVD
1998 : Lambeaux de l’été - Livre d’artiste - Poèmes et graphismes en collaboration avec J-C Babois. Edité par la revue Esquisse
Pierres - Poèmes et graphismes en collaboration avec Vila Cisneros, poète. Ed. Les Cahiers de l’Egaré

Site : www.vanmalle.com
Contact : 06 85 76 62 2
Le site de son association « Les ailes du vent » : www.vanmalle.com


Pour retrouver le travail de traduction de Geneviève Liautard sur Terre à ciel :
https://www.terreaciel.net/Jane-Hir...

(Page réalisée grâce à la complicité de Roselyne Sibille)


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés