Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Paysages > Du nouveau sur le sexe des anges, avec Vincent Rougier et Florence (...)

Du nouveau sur le sexe des anges, avec Vincent Rougier et Florence Saint-Roch

mardi 25 juin 2019, par Florence Saint Roch

« Nouvelles considérations sur le sexe des anges », par Florence Saint-Roch, au regard de Ange de vertu, de Vincent Rougier, Collection Gravures Thématiques, Rougier édition, 2013.

Question longuement débattue, depuis des lustres dépassée, croyait-on : discuter du sexe des anges, ou comment s’intéresser à des broutilles, chicaner pour des vétilles quand plus urgent presse… Voici que Vincent Rougier, dans Ange de vertu, reprend la disputatio, et, avec un art et une manière bien à lui, formule de nouvelles considérations ; au regard de ce livre d’artiste rassemblant un malicieux texte introductif et huit déclinaisons d’une gravure taille-douce, on se prend à songer, et en même temps, pas question de nous y endormir : les gravures, avec leur acuité percutante, nous placent dans le vif du sujet et réactivent l’importante question. En ces temps de réflexions menées sur le genre, Vincent Rougier s’amuse des représentations ; puisant dans l’imaginaire collectif, il nous ramène aux sources de la différenciation sexuée.

Le leporello se déploie tandis que se déplie la pensée. Suite discursive où les déclinaisons angéliques, comme autant de variations sur une trame première, nous donnent à voir les multiples métamorphoses de l’ange ; dès que celui-ci se prend à s’incarner, vite la bête affleure, inquiète ou dérange ; les catégories se brouillent, les sexes se superposent en une androgynie un rien équivoque : tels sont les esprits devenant chair, animus et anima, homme et femme, puissamment l’un et l’autre à la fois. Vincent Rougier demande : « Le savez-vous ? Les anges de vertu muent. À mi-parcours de leur éternité ils glissent de leur siège petit nuage et passent à l’avers, là ils se coucougnent et alors certaines plumes tombent et d’autres poussent […] ». Faisceau de possibles, telle est la vertu : une totale virtualité. Et Vincent Rougier de jouer avec la forme-même du leporello : dans ses brisures comme dans la mise en regard des gravures, il donne à voir le troublant avènement de la sexualité.

Portfolio


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés