Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Terre à ciel des poètes > Claudine Bertrand

Claudine Bertrand

samedi 14 décembre 2013, par Cécile Guivarch


Extrait de MEMORY

elle
assise par terre
à l’orientale
très asiatique comme toujours

une pièce rose
un miroir
une musique en cage

après elle lira un roman allongée de très loin

la folie de l’inceste
quelque chose que
je n’avais
jamais vu dans la langue



Extrait de FICTION-NUIT

ARCANE III : L’IMPERATRICE « STAR »

elle transcrit déjà dès l’aurore écorchevelée comme si rien n’existait c’est-à-dire rien d’autre qu’elle on la voit qui se convulse ses boucles d’oreilles en or au nom de « Star » et des bracelets d’un alliage disparu mais surtout des amulettes de toutes les couleurs et aussi deux disques solaires elle lira le texte inscrit en elle pendant son rêve de l’enfance où elle fut initiée pas « S » et elle détruira le code chiffré patience occulte chemin de l’intérieur dans la Chambre ancestrale où elle en a la certitude son texte émane déjà d’elle




Extrait de LA DERNIERE FEMME

Je suis une perpétuelle voyelle dans ce paysage sans limite à la recherche d’une beauté d’un sujet d’une vérité… (un livre à l’envers) ce projet démentiel plus que tout autre me parle à présent il démasque le visible pour le remonter intérieurement : objets perdus mensonges pièges bout de mirages impressions d’histoires personnelles.




Extrait de L’AMOUREUSE INTERIEURE

Les plis de son ventre, recroquevillé comme prière immédiate, crient « encore un peu ». Derrière une voix suppliante, j’entends celle du père, du frère, de l’amant, puis de l’enfant. Tant de choses à taire. Le désir n’est-il qu’une passion orpheline dans ce pays de sable et d’écume ?




Extrait de LA MONTAGNE SACREE

Sur le chemin de la mémoire
J’attends avec fébrilité
Que la tour sacrée
Me dévoile ce qu’elle cache
Mais d’autres énigmes se dissimulent
Derrière celles que l’on imagine

A quelles blessures de l’univers
La montagne ouvre-t-elle ?




Extrait de A 2000 années-lumière d’ici

Je parle toutes les langues intergalexicales
je me sens désemparée je ne peux rien dire
je ne suis pas encore née

je suis le E

voyelle volée
lettre au féminin
totalement invisible
un mince filet
chuchotement évoqué
à peine esquissée
je pense que ma vie est loin d’ici
mais où et quand




Extrait de TOMBER DU JOUR

Nul ne saura
qui reposait sur l’oreille
l’homme de la montagne
ou le sorcier
d’une mémoire d’avant les mots
qui porte l’ombre des Ancêtres




Extrait de LE CORPS EN TETE

On tricote mon âme
on m’en fait un vêtement.

Quand le jour brille
votre flamme est une ombre claire.

Variations de la tombée du jour.




Extrait de JARDIN DES VERTIGES

Pourquoi rien
pourquoi quelque chose
pour qui ces arbres

Et les mots
pourquoi les assembler
pourquoi pas

Les fleurs attendent
le bouquet

Et le sexe attend
le lever d’une aube

Laisse mon souffle devenir
le verbe de l’attente




Extrait de NOUVELLES EPIPHANIES

Dans le sanctuaire intime
où l’on porte la mort
quotidiennement

La lumière se fera-t-elle jour

Le chœur des silences
ouvrira-t-il la chambre d’échos




Extrait de CHUTE DE VOYELLES

Entre les lignes
des éclats de nuit
une parole en fugue

Sous les décombres
on ne craint rien

Une ombre à nos côtés
transporte nos os
quelque chose s’évanouit




Extrait de PIERRES SAUVAGES

Ce que pense le monde
la pierre le sait
mais se tait

La pierre n’est jamais la même
mais pour qui regarde de près
reconnaît que c’est la même

Ses formes se devinent mieux
quand nous l’approchons
sa texture nous apprend
un soupçon d’éternité




Extrait de AILLEURS EN SOI

Hier, il n’y avait rien
depuis je vois pousser un mot

dans le roc un cœur bat
déchiffre les tensions
qui se répandent sous les pas

un homme grimpé à un arbre
prêt à se jeter dans le vide
répète avec force :
« tu es le corps et le sang »
je n’ose aimer le présent qui meurt à l’infini




Extrait de AUTOUR DE L’OBSCUR

La joie ne vient pas
Sans appât ou si peu
Comme les sentiments

Au goût de langue inachevée

Qui résiste parfois
Dans le don de l’âme
Où se heurte chacun




Extrait de PASSION AFRIQUE

Poète de l’incertain
passeur de lumière
les scénarios disent-ils
ce qu’ils prétendent

que sont murmures
gestes rituels
et bruits de mots
sur la page de l’histoire
qu’est cette voix
qui renonce à se taire


Biographie

Poète, essayiste et pédagogue, née à Montréal, Claudine Bertrand a publié une œuvre importante doublée d’une forte activité éditoriale. Elle a dirigé des anthologies (Instants de vertige45 poètes Québec-France et Grandes voix francophones en 2012), des collectifs (Le Québec des poètes et La France des poètes). Elle organise des événements culturels, conçoit et anime, chaque semaine, à la radio, l’émission Arts et Lettres.

Pionnière, elle a fondé la revue Arcade consacrée à l’écriture des femmes et l’a dirigée durant 25 ans, œuvrant ainsi à faire connaître la littérature, à la diffuser et à la rendre visible auprès de publics différents, contribuant ainsi à enrichir la culture francophone. Parallèlement à cette activité éditoriale, elle a publié plus d’une trentaine de recueils poétiques et d’ouvrages au Québec et à l’étranger, qui lui ont valu des prix prestigieux dont le Prix International Tristan Tzara (elle est la seule québécoise à avoir reçu cette distinction), Prix Saint-Denys Garneau, Prix de l’Amérique française.

Femme engagée, marquée par la pensée féministe et humaniste, elle est considérée comme l’une des ambassadrices de la poésie à l’étranger. Son écriture voyageuse nous mène sur plusieurs continents, cherchant à s’ancrer dans un univers lumineux.

Ambassadrice de la poésie québécoise, (Suisse, 1996 ; République tchèque, 1998 ; France, Rhône-Alpes ; 2000/2005), La Rochelle 2008 ; Bénin , 2009 et 2010 ; Sénégal, 2010 ; Algérie, 2011 ; Cameroun, 2012 ) elle offre de nombreuses lectures, des conférences et des ateliers de création. Elle est fréquemment sollicitée par des invitations à l’international et traduite dans plusieurs langues.


Bibliographie

  • Au large du Sénégal, poésie, illustrations Michel Mousseau, Éditions Rougier, collection « Ficelle », France, 2013.
  • Rouge assoiffée, anthologie, préparée et préfacée par Louise Dupré, illustrations de Anne Slacik, Éditions Typo 2011.
  • Passion Afrique, poésie, illustrations Michel Mousseau, Éditions Rougier, collection « Ficelle », France, 2009.
  • Autour de l’obscur, poésie, illustrations de Anne Slacik, Éditions de l’Hexagone, Montréal, 2008 (Postface de Marie-Claire Bancquart).
  • The last woman, selected poems : 1991-2001, Guernica Éditions, Toronto, 2008 (Traduction Antonio d’Alfonso).
  • Ailleurs en soi, poésie, Éditions Domens, France, 2006.
  • Pierres sauvages, poésie, Éditions de l’Harmattan, France, 2005 (Préface de Jean-Pierre Faye).
  • Chute de voyelles, poésie, illustrations de Louise Prescott, Trait d’Union/Montréal/Autres Temps/France/2004. (épuisé).
  • Nouvelles épiphanies, poésie, illustration de Michel Mousseau, Trait d’Union/Montréal/Autres Temps/France/2003. (épuisé).
  • Jardin des vertiges, poésie, illy-Yut, Montréal, Hexagone, 2002.
  • Le corps en tête, poésie, coll. de Bernard Noël, L’Atelier des Brisants, France, 2001, Prix international de poésie Tristan Tzara. (épuisé).
  • À 2000 années-lumière d’ici, poésie accompagnée de deux œuvres de Marcelle Ferron, Outremont, Lanctôt Editeur, 1999 (épuisé). Traduction en roumain par Magda Carneci, Bucarest, 2000. Sélectionnée par l’Assemblée nationale de France pour l’Anthologie du millénaire, Paris, Éditions Bartillat, 2000.
  • Tomber du jour, poésie avec une illustration de Marcelle Ferron, Montréal, Éditions Le Noroît, 1999. (épuisé).
  • L’amoureuse intérieure, suivi de La montagne sacrée, poésie, avec quatre originaux de Roland Giguère, Montréal/Paris, Le Noroît/Le Dé Bleu, 1997, Prix de la Société des Ecrivains Canadiens, Prix de la Renaissance française ; (épuisé), 2eédition traduite en catalan par Anna Montero, Barcelone, Tàndem Edicions, 2002.
  • Une main contre le délire, poésie, avec une illustration de Roch Plante, Montréal/Paris, Le Noroît/Erti éditeur, 1995.
  • La passion au féminin, entretiens, co-auteur avec Josée Bonneville, Montréal, XYZ Editeur, 1994.
  • La dernière femme, poésie avec une linogravure de Célyne Fortin, St-Lambert, Éditions Le Noroît,1991. (tirage épuisé), 2eédition bilingue tchèque et française, traduction de Jana Boxberger, Prague, Protis, 2000.
  • Fiction-nuit, poésie avec quatre dessins de Monique Dussault, St-Lambert, Éditions Le Noroît, 1987.
  • Memory, scénario poétique, Montréal, la Nouvelle Barre du Jour, 1985. (épuisé).
  • Idole errante, récit poétique, Montréal, Éditions Lèvres Urbaines, 1983. (épuisé).

Son site internet


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés