Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Terre à ciel des poètes > Jean de Breyne

Jean de Breyne

lundi 20 octobre 2014, par Roselyne Sibille

Jean de Breyne, écrivain, poète, est né en 1943 et vit depuis 2000 dans le sud de la France, dans le Luberon.
Fondateur de la Galerie Librairie l’Ollave à Lyon en 1974, il est membre du comité de rédaction de la revue d’art l’Ollave, de la collection d’essais Préoccupations, et d’un Domaine croate/Poésie créé en 2012.
Il fut cadre co-dirigeant d’une entreprise familiale de 1967 à 1997, tout en dirigeant la galerie avec des amis, éditant, chroniquant dans la presse les expositions en galeries lyonnaises et, bien entendu, écrivant.
Depuis 2005, il produit et dirige les interventions-lectures des auteurs poètes dans les programmes du Vélo Théâtre, à Apt (dans le Vaucluse), Les Cris poétiques, des poètes sur la scène dont sont fêtés les 10 ans en 2014.

Il a été publié à ce jour vingt-quatre ouvrages de sa poésie, beaucoup avec l’intervention d’artistes plasticiens, et tant d’autres ouvrages à tirages très limités.

Jean de Breyne pratique avec plaisir la lecture publique de ses écrits. Voyageur, ses lieux familiers sont en Croatie, Pologne, Belgique, France, Londres et Barcelone. Il photographie dès 1974.

« Un parcours initiatique vers ces régions de la nuit restitué avec sa sensibilité de photographe –il pose les couleurs, les lignes, les formes au fur et à mesure que ses phrases enjambent le vers, on est dans ce qui se donne là et se déplace - étranger et pourtant si proche. »
Claude Held, 15 mai 2012 (Préface de Un janvier , Propos2éditions, 2014)


Tout est là à moment pour rappeler
Si je ne reprends pas le mot de ce que j’ai lu
Je l’échange pour hirondelles elles
Et les traces sonores d’autres ailes
Qui traversent les masses
Aussi à très grande vitesse moi je me lève
D’une phrase lue à l’autre à écrire
L’une lance
Dans le jour matinal elle la lune derrière
Les flèches noires des oiseaux
Tout devenait une image


Extrait de Plus profond
Propos/2éditions, 2005


Un banc
mais vent

Un banc au soleil
et devant
un chemin de saules
de ruisseau et d’hommes

Et à côté
Des voix
qui achèvent leur journée
entre deux portes claquées
leur silhouette
furtive

Moi
je n’ai pas fini
Je continue


Extrait de Peut-être annonce , suivi de Fragile
Propos2éditions, 2006


Peut-être hibernons-nous
Peut-être des A quoi bon
Et nous fermerions les yeux
Et n’irions plus

Peut-être bien le temps

Peut-être nous vantons nous à nous même
Et finalement ne faisons pas

Et quand on nomme
Cette consonance romantique
C’est encore la célébration
De l’étranger
Peut-être le corps vu ainsi

Et de ma chaise
Et de ma nuit

C’est un peu plus loin
Et du temps

C’est une façon d’attendre
reposé
Et presque une sûreté


Extrait de C’est quand l’homme parle. 2001-2002
Propos2éditions, 2007

Sur la table

Maints objets tous d’échange
prises dans les livres
dons des lettres
outils pour donner
adresses où
caméras pour prendre
pour envoyer / Le journal
dit que Claude Simon est parti


Extrait de Prélèvements, 2005
(traduit en croate par Vanda Miksic)
Festival Littérature Live. Zagreb
Ed. PEN club croate, 2008


La figure
contient son genre

Au milieu de tant de gens
d’où vient cette sympathie
qui fait échanger des sourires
qu’on sait tirée par deux arcs
pour atteindre leur cible ?

Comme toute gens
nous nous retirons ensuite
les arcs posés


Extrait de Figure
Propos2éditions, 2009


L’une des deux échelles
contre le mur pilier
semble épauler l’autre à l’effort.
Elles gardent toutes deux le lourd portail fermier.
C’est un sol clair de sable et fin gravier
qui sépare le seuil du livre des vers
et du traité de poésie de Sir Philip Sidney.

Ce qui convient est donné par chance.
On se demande pourquoi.
Peut-être pour une responsabilité.


Extrait de Au jardin, l’obligation
(Avec des photographies de Nathalie Rouvière)
Poïein, éd. 2010


Bien sûr avant le dernier tramway déjà
Le froid descendu la foule courue
La bonne ville se vide et ne peut guère plus
Chauffer le cœur sourire à l’âme et
Il faut gagner chez soi et sa lumière
Peut-on lui en vouloir de sa nuit


Extrait de Bonté de la ville
(traduit en croate par Brankica Radic)
Ed. exposition de photographies Institut Français de Zagreb, 2010


Toujours les exemples : elle dit
la lumière sur mon front
en ces derniers jours d’hiver long
sans hésiter de traduire un sourire.

La parole suit sa course
et atteint d’autres fronts,
soudainement entendue
par l’oreille de la mémoire.

Nous sommes prêts dorénavant,
chaque époque comme chaque année
en temps voulu –même si c’est long-,
pour recevoir et fêter les printemps.

D’un jour à l’autre, au matin,
quand on aura pensé à lever la tête,
justement le ciel heurtant le front,
nous verrons revenues les hirondelles.


Extrait de Quatre saisons 2010
Propos2éditions, 2013


Bibliographie

La Disparition et ensuite , Colorature, 1984
Avec des œuvres de Joël Frémiot

La Répétition , Ecbolade, 1986
Avec des œuvres de Joël Frémiot, Claude Garanjoud, Lars Frédrikson

Là, ailleurs , URDLA, 1990
Avec des œuvres de Daniel Tillier

1989, l’agenda Gallimard , Ecbolade, 1991
Avec des œuvres de Patrick Lelièvre

Langue , La Sétérée, 1993
Avec des œuvres de Joël Frémiot

Retenues , Ecbolade, 1997
Avec des œuvres de Alin Anseeuw

Aires, ailes et lignes , Lieux dits, Strasbourg, 1998
Avec une photographie de Jean de Breyne

Ajout , La Sétérée, 1998
Avec une intervention plastique de Martina Kramer

Les notes du jour , L’agenda Pléiade 1998
L’agenda Pléiade 1999, NOTES, Bulletin de liaison éd., Novembre 2001

Le poème de Dublin, poème irlandais , Jean-Pierre Huguet éditeur, 2001
Avec trois gravures de Paul Hickin

Carnet monochromo 1999 , Triages (anthologie), Ed. Tarabuste, 2005

Regarde disais-je , Signum edizioni d’arte, 2005
Avec sept dessins de Martina Kramer

Le carré d’arbres , avec Françoise Johnen, Lieux Dits Ed. (Collection Duo), 2005
Avec des dessins de Philippe Boutibonnes

VOUS , Propos2éditions, 2006

C’est quand l’homme parle , Propos2éditions, 2007

Tourne autour de l’arbre , Propos2éditions, 2009
Avec intervention plastique de Joël Frémiot

Peut-être annonce, suivi de Fragile , Propos2éditions, 2009

Carnet rouge Hotel Campo Marzo Vicenza (bilingue français croate), h,d,p, (PEN) Zagreb, 2010

figure , Propos2éditions, 2011

Plus profond , Propos2éditions, 2011

Le poème commun , avec Samantha Barendson, Lieux Dits éditions, 2012

Un automne , éd. La Porte, 2013

Un Janvier, Les poèmes de Koppelo (augmentés de photographies), Propos2éditions, 2013

Quatre saisons , Propos2éditions, 2013

A paraître en 2015 chez Propos2éditions Epars (2007-2012) et La phrase de Québec

Pour en apprendre plus sur l’activité éditoriale de Jean de Breyne


Bookmark and Share


1 Message

  • Jean de Breyne Le 12 mai 2016 à 14:28, par Anne

    à Jean

    Bonjour l’Ami Jean,
    Souvenirs...plaisir de te revoir un jour ?
    Les lectures...nous avions commencé en...88 ?

    Je t’embrasse

    Répondre à ce message

Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés