Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Terre à ciel des poètes > Bye-bye, Leonard Cohen (traductions de Sabine Huynh)

Bye-bye, Leonard Cohen (traductions de Sabine Huynh)

samedi 12 novembre 2016, par Sabine Huynh

Leonard Cohen (1934-2016)
(Photo : Joel Saget/AFP/Getty)

Traductions de Sabine Huynh des chansons suivantes de Leonard Cohen :
- Bird On The Wire
- Hey, That’s No Way To Say Goodbye
- So Long Marianne
- Suzanne
- Sing Another Song, Boys
- I Can’t Forget
- Famous Blue Raincoat
- I’m Your Man
- You Want It Darker

Bird On The Wire

Like a bird on the wire,
like a drunk in a midnight choir
I have tried in my way to be free.
Like a worm on a hook,
like a knight from some old fashioned book
I have saved all my ribbons for thee.

If I, if I have been unkind,
I hope that you can just let it go by.
If I, if I have been untrue
I hope you know it was never to you.

Like a baby, stillborn,
like a beast with his horn
I have torn everyone who reached out for me.
But I swear by this song
and by all that I have done wrong
I will make it all up to thee.

I saw a beggar leaning on his wooden crutch,
he said to me, "You must not ask for so much."
And a pretty woman leaning in her darkened door,
she cried to me, "Hey, why not ask for more ?"

Oh like a bird on the wire,
like a drunk in a midnight choir
I have tried in my way to be free.

Comme un oiseau sur un fil

Comme un oiseau sur un fil
un ivrogne dans une chorale à minuit
j’ai essayé à ma façon d’être libre.
Comme un ver au bout d’un hameçon
un chevalier sorti d’un livre démodé
je t’ai gardé tous mes rubans.

Et si, si jamais j’ai été dur
j’espère que tu ne m’en veux plus.
Et si, si jamais j’ai été fourbe
sache que je n’ai jamais voulu te tromper.

Comme un bébé, un mort-né
une bête avec sa corne
j’ai blessé tous ceux qui m’ont tendu la main.
Mais considérant cette chanson
et les erreurs que j’ai commises
je promets de tout faire pour que tu me pardonnes.

J’ai vu un mendiant appuyé sur sa canne de bois
il m’a dit : « Tu en demandes trop ».
Et une jolie fille appuyée à sa porte sombre
m’a crié : « Pourquoi ne pas en vouloir plus ? »

Oh, comme un oiseau sur un fil
un ivrogne dans une chorale à minuit
j’ai essayé à ma façon d’être libre.


Hey, That’s No Way To Say Goodbye

I loved you in the morning, our kisses deep and warm,
your hair upon the pillow like a sleepy golden storm,
yes, many loved before us, I know that we are not new,
in city and in forest they smiled like me and you,
but now it’s come to distances and both of us must try,
your eyes are soft with sorrow,

Hey, that’s no way to say goodbye.

I’m not looking for another as I wander in my time,
walk me to the corner, our steps will always rhyme
you know my love goes with you as your love stays with me,
it’s just the way it changes, like the shoreline and the sea,
but let’s not talk of love or chains and things we can’t untie,
your eyes are soft with sorrow,

Hey, that’s no way to say goodbye.

I loved you in the morning, our kisses deep and warm,
your hair upon the pillow like a sleepy golden storm,
yes many loved before us, I know that we are not new,
in city and in forest they smiled like me and you,
but let’s not talk of love or chains and things we can’t untie,
your eyes are soft with sorrow,

Hey, that’s no way to say goodbye.

C’est comme ça qu’on dit au revoir ?

On s’aimait le matin, nos baisers profonds et chauds,
tes cheveux épars sur l’oreiller, un orage doré endormi,
oui, tant d’autres ont aimé avant nous, nous ne sommes pas les premiers,
dans les villes et dans les forêts ils souriaient comme toi et moi,
mais maintenant qu’il s’agit de distances, faisons tous les deux de notre mieux,
tes yeux sont doux de chagrin,

c’est comme ça qu’on dit au revoir ?

Je ne cherche personne d’autre dans cette errance éternelle,
même immobilisés, nos pas rimeront toujours ensemble,
tu sais, mon amour t’accompagne et le tien reste avec moi,
il est juste changeant, comme le littoral et la mer,
mais ne parlons ni d’amour ni de chaînes ni de choses qu’on ne peut dénouer,
tes yeux sont doux de chagrin,

c’est comme ça qu’on dit au revoir ?

On s’aimait le matin, nos baisers profonds et chauds,
tes cheveux épars sur l’oreiller, un orage doré endormi,
oui, tant d’autres ont aimé avant nous, nous ne sommes pas les premiers,
dans les villes et dans les forêts ils souriaient comme toi et moi,
mais ne parlons ni d’amour ni de chaînes ni de choses qu’on ne peut dénouer,
tes yeux sont doux de chagrin,

c’est comme ça qu’on dit au revoir ?


So Long Marianne

Come over to the window, my little darling,
I’d like to try to read your palm.
I used to think I was some kind of Gypsy boy
before I let you take me home.
Now so long, Marianne, it’s time that we began
to laugh and cry and cry and laugh about it all again.

Well you know that I love to live with you,
but you make me forget so very much.
I forget to pray for the angels
and then the angels forget to pray for us.

Now so long, Marianne, it’s time that we began
To laugh and cry and cry and laugh about it all again

We met when we were almost young
deep in the green lilac park.
You held on to me like I was a crucifix,
as we went kneeling through the dark.

Oh so long, Marianne, it’s time that we began
To laugh and cry and cry and laugh about it all again

Your letters they all say that you’re beside me now.
Then why do I feel alone ?
I’m standing on a ledge and your fine spider web
is fastening my ankle to a stone.

Now so long, Marianne, it’s time that we began
To laugh and cry and cry and laugh about it all again

For now I need your hidden love.
I’m cold as a new razor blade.
You left when I told you I was curious,
I never said that I was brave.

Oh so long, Marianne, it’s time that we began
To laugh and cry and cry and laugh about it all again

Oh, you are really such a pretty one.
I see you’ve gone and changed your name again.
And just when I climbed this whole mountainside,
to wash my eyelids in the rain !

Oh so long, Marianne, it’s time that we began
To laugh and cry and cry and laugh about it all again

Au revoir Marianne

Approche-toi de la fenêtre, ma chérie,
J’aimerais te lire les lignes de la main.
Je me prenais pour une sorte de gitan
avant de te laisser me ramener chez moi.

Au revoir, Marianne, il est temps qu’on commence
à rire et pleurer et pleurer et rire de tout ça encore et encore.

Tu sais bien que j’adore vivre avec toi,
mais tu me fais oublier tant de choses.
J’oublie de prier pour les anges
et les anges oublient de prier pour nous.

Au revoir, Marianne, il est temps qu’on commence
à rire et pleurer et pleurer et rire de tout ça encore et encore.

Quand on s’est connus on était presque jeunes
au fond du parc feuillu et ses lilas.
Tu t’accrochais à moi comme si j’étais un crucifix,
pendant qu’on s’agenouillait dans le noir.

Au revoir, Marianne, il est temps qu’on commence
à rire et pleurer et pleurer et rire de tout ça encore et encore.

Tes lettres disent que tu es à mes côtés désormais.
Alors pourquoi est-ce que je me sens si seul ?
Je me tiens au bord du vide et ton fil d’araignée ténu
enroulé autour de ma cheville me retient à une pierre.

Au revoir, Marianne, il est temps qu’on commence
à rire et pleurer et pleurer et rire de tout ça encore et encore.

Pour l’instant j’ai besoin de ton amour caché.
Je suis aussi froid qu’une lame de rasoir neuve.
Tu es partie quand je t’ai dit que j’étais curieux,
je n’ai jamais dit que j’étais courageux.

Au revoir, Marianne, il est temps qu’on commence
à rire et pleurer et pleurer et rire de tout ça encore et encore.

Ah tu es vraiment très mignonne.
Je vois que tu as encore changé de nom.
Juste au moment où j’ai escaladé le flanc de cette montagne,
pour rincer mes paupières sous la pluie !

Au revoir, Marianne, il est temps qu’on commence
à rire et pleurer et pleurer et rire de tout ça encore et encore.


Suzanne

Suzanne takes you down to her place near the river
You can hear the boats go by
You can spend the night beside her
And you know that she’s half crazy
But that’s why you want to be there
And she feeds you tea and oranges
That come all the way from China
And just when you mean to tell her
That you have no love to give her
Then she gets you on her wavelength
And she lets the river answer
That you’ve always been her lover
And you want to travel with her
And you want to travel blind
And you know that she will trust you
For you’ve touched her perfect body with your mind.

And Jesus was a sailor
When he walked upon the water
And he spent a long time watching
From his lonely wooden tower
And when he knew for certain
Only drowning men could see him
He said "All men will be sailors then
Until the sea shall free them"
But he himself was broken
Long before the sky would open
Forsaken, almost human
He sank beneath your wisdom like a stone
And you want to travel with him
And you want to travel blind
And you think maybe you’ll trust him
For he’s touched your perfect body with his mind.

Now Suzanne takes your hand
And she leads you to the river
She is wearing rags and feathers
From Salvation Army counters
And the sun pours down like honey
On our lady of the harbour
And she shows you where to look
Among the garbage and the flowers
There are heroes in the seaweed
There are children in the morning
They are leaning out for love
And they will lean that way forever
While Suzanne holds the mirror
And you want to travel with her
And you want to travel blind
And you know that you can trust her
For she’s touched your perfect body with her mind.

Suzanne

Suzanne t’emmène chez elle près du fleuve
Tu entends les bateaux au loin
Tu peux passer la nuit avec elle
Et tu sais qu’elle est à moitié folle
Mais c’est pour ça que tu veux être là
Elle te sert du thé et des oranges
Venus directement de Chine
Et juste au moment où tu veux lui dire
Que tu ne peux pas lui donner d’amour
Elle t’embarque sur ses ondes
Et laisse le fleuve répondre
Que tu as toujours été son amant
Et tu veux partir avec elle
Tu veux partir les yeux fermés
Tu sais qu’elle te fera confiance
Car elle a touché
Ton corps incomparable
Avec son esprit.

Et Jésus était un marin
Quand il a marché sur l’eau
Longtemps il a veillé
Sauvage du haut de sa tour de bois
Et quand il a eu la certitude
Que seuls les noyés pouvaient le voir
Il a dit « Ainsi tous les hommes seront des marins
Jusqu’à ce que la mer les délivre »
Alors qu’il était lui-même brisé
Bien avant que le ciel ne s’ouvre
Abandonné, presque humain
Il a sombré comme une pierre sous ta sagesse
Et tu veux partir avec lui
Tu veux partir les yeux fermés
Tu sais que tu lui feras peut-être confiance
Car il a touché
Ton corps incomparable
Avec son esprit.

Suzanne te prend par la main
Elle t’emmène jusqu’au fleuve
Elle porte des haillons et des plumes
Provenant de l’Armée du Salut
Et le soleil se déverse comme du miel
Sur Notre Dame Du Port
Et elle te dit où regarder
Parmi les ordures et les fleurs
Il y a des héros pris dans les algues
Il y a des enfants épris de matin
Ils s’inclinent devant l’amour
Et resteront ainsi à jamais
Tandis que Suzanne tiendra le miroir
Et tu veux partir avec elle
Tu veux partir les yeux fermés
Tu sais qu’elle te fera confiance
Car elle a touché
Ton corps incomparable
Avec son esprit.


Sing Another Song, Boys

Ah his fingernails, I see they’re broken,
his ships they’re all on fire.
The moneylender’s lovely little daughter
ah, she’s eaten, she’s eaten with desire.
She spies him through the glasses
from the pawnshops of her wicked father.
She hails him with a microphone
that some poor singer, just like me, had to leave her.
She tempts him with a clarinet,
she waves a Nazi dagger.
She finds him lying in a heap ;
she wants to be his woman.
He says, "Yes, I might go to sleep
but kindly leave, leave the future,
leave it open."

He stands where it is steep,
oh I guess he thinks that he’s the very first one,
his hand upon his leather belt now
like it was the wheel of some big ocean liner.
And she will learn to touch herself so well
as all the sails burn down like paper.
And he has lit the chain
of his famous cigarillo.
Ah, they’ll never, they’ll never ever reach the moon,
at least not the one that we’re after ;
it’s floating broken on the open sea, look out there, my friends,
and it carries no survivors.
But lets leave these lovers wondering
why they cannot have each other,
and let’s sing another song, boys,
this one has grown old and bitter.
La la la, la la la, la la la la la...

Chantons encore une chanson les gars

Ah, ses ongles, ils sont fendus
Ses navires, ils ont tous pris feu
L’adorable fille du prêteur sur gages
Ah, le désir, le désir la dévore
Elle l’épie à travers les vitres
Du magasin de son vicieux de père
Elle le hèle avec un micro
Qu’un pauvre chanteur comme moi a été forcé de lui laisser
Elle le tente avec une clarinette
Elle remue une dague nazie sous son nez
Elle le trouve allongé par terre, immobile
Elle veut être sa femme
Il dit oui je vais sûrement aller me coucher
Mais sois gentille, laisse, laisse le futur, laisse-le ouvert
Il se tient là où c’est raide
Ah, je pense qu’il croit qu’il est le tout premier
Sa main repose maintenant sur sa ceinture en cuir
Comme s’il s’agissait de la roue d’un grand paquebot
Et elle apprendra à se toucher tellement bien
Alors que toutes les voiles brûleront comme du papier
Et il a allumé la chaîne de son fameux cigarillo
Jamais, jamais ils n’atteindront la lune
Au moins pas celle dont ils rêvent
Ses débris flottent en haute mer (regardez par là-bas mes amis)
Et il n’y a aucun survivant
Mais laissons ces amants se demander
Pourquoi ils ne peuvent pas s’appartenir
Et chantons encore une chanson les gars
Celle-ci a mal vieilli elle est amère
La la la, la la la, la la la la la...
(Traduction publiée dans Remue.net)


I Can’t Forget

I stumbled out of bed
I got ready for the struggle
I had a cigarette
And I tightened up my gut
I said this can’t be me
Must be my double
And I can’t forget, I can’t forget
I can’t forget but I don’t remember what

I’m burning up the road
I’m heading down to Phoenix
I got this old address
Of somebody that I knew
It was high and fine and free
You should have seen us
And I can’t forget, I can’t forget
I can’t forget but I don’t remember who

I’ll be there today
With a big bouquet of cactus
I got this rig that runs on memories
And I promise, cross my heart,
They’ll never catch us
But if they do, you can blame it all on me

I loved you all my life
And that’s how I want to end it
The summer’s almost gone
The winter’s tuning up
Yeah, the summer’s gone
But a lot goes on forever
And I can’t forget, I can’t forget
I can’t forget but I don’t remember what

Je ne peux pas oublier

Je suis tombé du lit
Je me suis préparé à me battre
J’ai fumé une cigarette
Et j’ai rentré le ventre
J’ai dit : c’est pas moi ça
C’est sûrement mon sosie
Et je ne peux pas oublier, je ne peux pas oublier
Je ne peux pas oublier, mais j’ai oublié quoi

Je fonce sur la route
Je descends vers Phœnix
J’ai cette vieille adresse
De quelqu’un que j’ai connu
C’était bon et bien et libre
Si vous nous aviez vus
Et je ne peux pas oublier, je ne peux pas oublier
Je ne peux pas oublier, mais j’ai oublié qui

Je serai là aujourd’hui
Avec un gros bouquet de cactus
J’ai ce truc qui marche avec des souvenirs
Et je jure, croix de bois croix de fer,
Qu’ils ne nous attraperont jamais
Mais dans le cas contraire, tu pourras dire que c’est de ma faute

Je t’ai aimée toute ma vie
Et je veux la finir ainsi
L’été s’efface peu à peu
L’hiver fait ses gammes
L’été s’efface
Mais tant de choses perdurent, immortelles
Et je ne peux pas oublier, je ne peux pas oublier
Je ne peux pas oublier, mais j’ai oublié quoi


Famous Blue Raincoat

It’s four in the morning, the end of December
I’m writing you now just to see if you’re better
New York is cold, but I like where I’m living
There’s music on Clinton Street all through the evening.
I hear that you’re building your little house deep in the desert
You’re living for nothing now, I hope you’re keeping some kind of record.

Yes, and Jane came by with a lock of your hair
She said that you gave it to her
That night that you planned to go clear
Did you ever go clear ?

Ah, the last time we saw you you looked so much older
Your famous blue raincoat was torn at the shoulder
You’d been to the station to meet every train
And you came home without Lili Marlene

And you treated my woman to a flake of your life
And when she came back she was nobody’s wife.

Well I see you there with the rose in your teeth
One more thin gypsy thief
Well I see Jane’s awake —

She sends her regards.

And what can I tell you my brother, my killer
What can I possibly say ?
I guess that I miss you, I guess I forgive you
I’m glad you stood in my way.

If you ever come by here, for Jane or for me
Your enemy is sleeping, and his woman is free.

Yes, and thanks, for the trouble you took from her eyes
I thought it was there for good so I never tried.

And Jane came by with a lock of your hair
She said that you gave it to her
That night that you planned to go clear —

Sincerely, L. Cohen

Ton fameux imper bleu

Il est quatre heures du matin, on est fin décembre
Je t’écris pour savoir si tu vas mieux
Il fait froid à New York mais j’aime bien là où je vis
Toute la soirée on entend de la musique dans la rue Clinton.
J’ai entendu dire que tu te construis une baraque au fin fond du désert
Tu vis pour rien désormais, j’espère au moins que tu prends des notes.

Oui, et Jane est passée, avec une boucle de tes cheveux
Elle a dit que c’était un cadeau de ta part
Cette nuit où tu avais prévu de prendre la tangente
As-tu jamais pris la tangente ?

La dernière fois qu’on s’est vus tu avais l’air beaucoup plus âgé
Ton fameux imper bleu était déchiré à l’épaule
Tu t’étais rendu à la gare pour attendre tous les trains
Et tu es rentré chez toi sans Lili Marlene

Tu as offert à ma femme un flocon de ta vie
Et quand elle est revenue elle n’était plus la femme de personne

Je te vois là-bas la rose entre tes dents
Un autre brigand de gitan maigrelet
Je vois que Jane s’est réveillée —

Elle te passe son bonjour.

Et qu’est-ce que je peux te dire, mon frère, mon assassin
Qu’est-ce que je peux te dire ?
Je crois que tu me manques, je crois que je t’ai pardonné
Je suis heureux que tu m’aies empêché de le faire.

Si jamais tu passais dans le coin, pour Jane, ou pour moi
Ton ennemi est apaisé, et sa femme est libre.

Oui, et merci d’avoir retiré la détresse de ses yeux
Je croyais qu’elle y était pour de bon, c’est pourquoi je n’ai jamais essayé.

Et Jane est passée, avec une boucle de tes cheveux
Elle a dit que c’était un cadeau de ta part
Cette nuit où tu avais prévu de prendre la tangente

À toi, L. Cohen.


I’m Your Man

If you want a lover
I’ll do anything you ask me to
And if you want another kind of love
I’ll wear a mask for you
If you want a partner
Take my hand
Or if you want to strike me down in anger
Here I stand
I’m your man

If you want a boxer
I will step into the ring for you
And if you want a doctor
I’ll examine every inch of you
If you want a driver
Climb inside
Or if you want to take me for a ride
You know you can
I’m your man

Ah, the moon’s too bright
The chain’s too tight
The beast won’t go to sleep
I’ve been running through these promises to you
That I made and I could not keep
Ah but a man never got a woman back
Not by begging on his knees
Or I’d crawl to you baby
And I’d fall at your feet
And I’d howl at your beauty
Like a dog in heat
And I’d claw at your heart
And I’d tear at your sheet
I’d say please, please
I’m your man

And if you’ve got to sleep
A moment on the road
I will steer for you
And if you want to work the street alone
I’ll disappear for you
If you want a father for your child
Or only want to walk with me a while
Across the sand
I’m your man

If you want a lover
I’ll do anything you ask me to
And if you want another kind of love
I’ll wear a mask for you

Je suis ton homme

Si tu veux un amant
Je ferai tout ce que tu me diras
Et si tu veux un autre genre d’amour
Je porterai un masque pour toi
Si tu veux un partenaire
Prends ma main
Et si tu veux me foudroyer de colère
Me voici
Je suis ton homme

Si tu veux un boxeur
Je monterai sur le ring pour toi
Et si tu veux un médecin
J’examinerai chaque centimère carré de ton corps
Si tu veux un chauffeur
Il te suffit d’embarquer
Et si tu veux m’emmener faire un tour
Tu sais que tu peux
Je suis ton homme

Ah, la lune éblouit
La chaîne enserre
La bête ne trouve pas le repos
J’ai passé en revue les promesses
Que je t’ai faites sans pouvoir les tenir
Ah mais un homme n’a jamais réussi à faire revenir une femme
En s’agenouillant à ses pieds
Je peux toujours ramper jusqu’à toi bébé
M’écrouler devant toi
Hurler combien je te trouve belle
Comme un chien en chaleur
Enfoncer mes griffes dans ton cœur
Lacérer tes draps
Et te supplier encore et encore
Je suis ton homme

Et si tu dois dormir un peu
Je conduirai à ta place
Si tu veux travailler seule dans la rue
Je disparaîtrai pour toi
Si tu veux un père pour ton enfant
Ou juste marcher un peu avec moi
Dans le sable
Je suis ton homme

Si tu veux un amant
Je ferai tout ce que tu me diras
Et si tu veux un autre genre d’amour
Je porterai un masque pour toi


You Want It Darker

If you are the dealer, I’m out of the game
If you are the healer, it means I’m broken and lame
If thine is the glory then mine must be the shame
You want it darker
We kill the flame

Magnified, sanctified, be Thy Holy Name
Vilified, crucified, in the human frame
A million candles burning for the help that never came
You want it darker

Hineni, hineni
I’m ready, my Lord

There’s a lover in the story
But the story’s still the same
There’s a lullaby for suffering
And a paradox to blame
But it’s written in the scriptures
And it’s not some idle claim
You want it darker
We kill the flame

They’re lining up the prisoners
And the guards are taking aim
I struggled with some demons
They were middle class and tame
I didn’t know I had permission to murder and to maim
You want it darker

Hineni, hineni
I’m ready, my Lord

Magnified, sanctified, be Thy Holy Name
Vilified, crucified, in the human frame
A million candles burning for the love that never came
You want it darker
We kill the flame

If you are the dealer, let me out of the game
If you are the healer, I’m broken and lame
If thine is the glory, mine must be the shame
You want it darker

Hineni, hineni
Hineni, hineni
I’m ready, my Lord

Hineni
Hineni, hineni
Hineni

Tu veux ça plus sombre

Si c’est toi qui distribues les cartes, je me retire du jeu
Si c’est toi le guérisseur, je suis le boiteux le brisé
Si la gloire est à toi, alors la honte est à moi
Tu veux ça plus sombre
On tue la flamme

Que soit célébré, sanctifié ton Saint Nom
Diffamé, crucifié, dans la forme humaine
Un million de bougies brûlent pour l’aide qui n’est jamais arrivée
Tu veux ça plus sombre

Hineni, me voici
Je suis prêt, Seigneur

Il y a un amant dans l’histoire
Mais l’histoire est restée la même
Il y a une berceuse pour la souffrance
Et un paradoxe à blâmer
Mais c’est inscrit dans les Écritures
Et ce n’est pas une simple affirmation
Tu veux ça plus sombre
On tue la flamme

Ils alignent les prisonniers
Et les gardes visent
Je me suis battu avec des démons
De classe moyenne et domptés
Je ne savais pas que j’avais la permission de tuer et de mutiler
Tu veux ça plus sombre

Hineni, me voici
Je suis prêt, Seigneur

Que soit célébré, sanctifié ton Saint Nom
Diffamé, crucifié, dans la forme humaine
Un million de bougies brûlent pour l’amour qui n’est jamais né
Tu veux ça plus sombre
On tue la flamme

Si c’est toi qui distribues les cartes, laisse-moi me retirer du jeu
Si c’est toi le guérisseur, je suis le boiteux le brisé
Si la gloire est à toi, alors la honte est à moi
Tu veux ça plus sombre

Hineni, me voici
Hineni, me voici
Je suis prêt, Seigneur
Hineni
Hineni, me voici
Hineni


Photo : Michael Putland


Bookmark and Share


1 Message

Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés