Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Terre à ciel des poètes > Jacques Vandenschrick

Jacques Vandenschrick

mercredi 30 septembre 2015, par Cécile Guivarch


Extrait de Vers l’élégie obscure

Pendant que tu vas pourchassant
Ton âme noire et rochassière dans le vent,
Dans trois mots tus,
Dans le lait brutal du torrent,
Tu cherches un chemin dans les blocs,
Dans les rocs veinés et muets.
Rien ne parle, tu fais des pas.


Extrait de Avec l’écarté

Contourne ta province
Qui porte sa plainte de fer.
Prends garde.
De ne pas congédier sa détresse.
Ni la figure des planètes pensives,
Ni la douceur des granges
Qui rêvent sous la neige
Où nous croirons voir se détourner l’ange
Vers la sauvagerie.


Extrait de Traversant les assombries

La misère du cœur
Escorte celui qui marche.
Il ne voit plus ce qu’il regarde,
Ne touche rien de ce qu’il prend.
Le matin rétréci cherche sans un oiseau
L’ancien petit garçon qui ne veut pas d’exemple.


Extrait de Secours qu’appellent les chiens

Appelant la réparation,
Entends les chiens de nuit.
Vois le feu bas sur le rivage.
Le lit de nuages, le miel promis
Et l’ombre incompréhensible…

Car toujours le couteau
S’écarte du parfum.

Il ne te faut qu’aimer enfin.
Et que l’hiver ne s’aggrave en chemin.


Extrait de En qui n’oublie

En qui ne dort ni n’oublie, buissonne une nuit touffue de feuilles et de regrets : odeur des ifs sur les graviers, vigile aux cliniques en quarantaine, orages de juin qui s’éloigneront à l’aube, pieds nus dans les cours tièdes, mémoire de sombre amarante, toux mercenaire sur des sentiers par des bourgades comblées de remparts.


Jacques Vandenschrick, né en mai 1943, poète, enseignant, critique belge, est sans doute l’un de nos meilleurs poètes francophones.
Publiée exclusivement chez Cheyne, son œuvre comporte une dizaine de volumes. Chaque livre comporte quarante poèmes. Le poète a débuté en 1986 et ses livres de poésie ont remporté depuis lors de belles récompenses : le prix Claude-Sernet, le prix triennal René-Lyr, le prix triennal de poésie de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le prix Louise-Labé.
D’une discrétion exemplaire, complètement étranger aux chapelles, cénacles et autres coteries, l’écrivain, par ailleurs commentateur et préfacier brillant des ouvrages des autres (découvreur de Olivia de Madeleine Ley, lecteur de Charles Parron, Mary-Laure Zoss), chroniqueur excellent de La Revue nouvelle , n’a jamais été édité en Belgique, en dehors de ses articles.
Il est, à coup sûr, avec Jaccottet, Grandmont, Zoss, Barros, Emaz, l’une des voix les plus singulières d’aujourd’hui, et selon moi, trop méconnue.
Les thématiques : la femme, la montagne, la solitude, l’errance, la mémoire, le chagrin, la souffrance, la mort, les saisons, la bible, l’ange.
Le ton : la mélancolie, la gravité.
Le style : poèmes brefs non rimés, entre quatrains et onzains, le plus souvent. Une syntaxe classique, étrangère aux discours elliptiques et/ou éclatés. Des images étonnantes (« âmes secondaires », « sequins d’étoiles », « lampes pathétiques »…)
Où situer ce grand poète dans le grand courant de la poésie contemporaine : dans un néoromantisme peut-être, entre Schubert et Rilke ? Par la concision des formes, il est plus proche d’un Ungaretti. De toute façon, il est en marge, comme pouvait l’être un Supervielle.

Références : Ph. Lx ( Dossier L du Service du Livre Luxembourgeois. Nombreux articles sur l’auteur dans Francophonie Vivante, Le Journal des poètes, texture, RegArt…)

(Philippe Leuckx)

Page proposée par Philippe Leuckx


Bookmark and Share


1 Message

  • Jacques Vandenschrick Le 1er octobre 2015 à 11:28, par Dominique Boudou

    Oui, oui ! L’un des plus grands poètes d’aujourd’hui, ça m’a sauté aux yeux et à l’esprit très vite. Une beauté foudroyante. Singulière.

    Répondre à ce message

Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés