Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Voix du monde > Une fenêtre sur la mer : anthologie de la poésie corse actuelle

Une fenêtre sur la mer : anthologie de la poésie corse actuelle

mercredi 14 janvier 2015, par Valérie Canat de Chizy

STEFANU CESARI

Nicodemu un antru visu

Ci sarà. In a materia, ciò ch’ùn si pò tuccà,
ci sarà un pralungamentu.
Vidi, un corpu, calcosa. A carri passendu ma sempri calda.
A pussibilità di stringhja.
Vidi, trà no di più ci hà da essa, un’ idea o una certitù,
mi credi ?
Duvintaremu altri ch’e ciò ch’e no semu, più lebii ùn ci
hè niscun’ dubbitu.
Amparemu l’assulutu franquintendu a morti. Senza
mancu cunnoscia una parola in più chì ci parmittissi
di dì. Semu com’e I ziteddi ? Cridimu à cio ch’e no
vidimu, piddemu u celi pà u celi, o ciò ch’iddu hè,
una stofa tirata nant’à sta luci eterna chì ci
rapanna, eccuci.
bagnati di notti.
À l’alba rinuvilati.

Nicodème, l’autre visage.

Il y aura. Dans la matière. Quelque chose qu’on ne peut toucher,
il y aura un prolongement.
Tu vois la chair passant, encore chaude, la possibilité d’étreindre.
Tu vois, il y aura entre nous plus. Une certitude ou une idée. Me crois-tu ?
Nous deviendrons d’autres nous-mêmes, ne doute pas de cela.
Nous apprenons l’absolu en fréquentant la mort sans savoir ce qui nous permettrait de dire. Sommes-nous comme des enfants ?
Nous croyons d’avoir vu, le ciel pour le ciel, ou ce qu’il est, un drap tiré sur cette lumière sans fin qui nous traverse, ainsi
de part en part. Nous voilà
baignés par la nuit.
À l’aube renouvelés


MARIANNE COSTA

Puisia di matina sirena
di scaldarettu elettricu
u tè di i Deux Chinois sparghji in tutt’a casa
i so ghirlandi di fiori biancu è amandula
grisgiu fora in drentu lumu d’oru
a Dea furtuna hè a me amica
à i so pedi prufumati ripongu umaghji
mi cheri : canta
plus fort que le cri des agonies mécaniques
più forti che u brionu di l’agunìi micanichi
È sè tù pò vighjà
conta i tigri chì saltani u cataru
È sè tù vol’ prigà
versu l’inaccissibbuli silenziu
chjappa i so anghjuli di focu
mastaruculi dilicati
chì si devini piddà trà i so labbri
par senta batta
u tempu di u so campà
Eternità farfalla.

Poème de matin calme
de bouilloire électrique
le thé des Deux Chinois déploie dans la maison
ses guirlandes de fleur blanche et d’amande
gris dehors dedans lumière d’or
la Déesse fortune est mon amie
j’étends des hommages à ses pieds parfumés
elle m’enjoint : chante
plus fort que le cri des agonies mécaniques
Et si tu veux veiller
compte les tigres qui sautent la barrière
Et si tu veux prier
vers l’inaccessible silence
capture ses anges de feu
des papillons fragiles
qu’il faut saisir entre ses lèvres
et sentir battre
le temps qu’ils vivent
éternité lépidoptère.

ALANU DI MEGLIO

Une fois encore
le couchant m’attend
m’embrase
m’accompagne
ouvrant clair ma route
Blancs et rouges les lieux qui me sont chers
Plus loin les flammes de Limbara
dans un léger brouillard
Je reviens
et l’ombre ne sait plus
dans l’incendie des roches
levées
gorgées de la puissance sanguine
que l’horizon distille
Une fois de plus
je reviens
la chaleur de l’accueil
ma maison qui s’allume
les visages des miens
Mais toi mon père ma lumière perdue
Una volta di più
M’aspetta l’abrucata
m’avvampa l’arrivata
m’achjara a strada
cù a so luci in puppa
Russi è bianchi i me loch
i Più in là piccia Limbara
in a fumaccia lebbia
Voltu è l’ombra ùn a sà più
à l’infiarà di i scoddi
pisati
gurgati di a putenti sanguiniccia
chi l’orizonti hà postu
Una volta torna
tornu è
l’accolta mi s’hè calda
s’accendi a me casa
i visi di li mei

Ma tù o Bà a me lumera spinta

JEAN-LOUIS GIOVANNONI

Mère

Demain
Tu meurs

Quarante ans

Et tu recommences
Déjà

Cœur s’arrête
Tous les quinze janvier

Ici
Tu reposes

O mà
Dumane mori
quaranta anni
è torn’è cumenci
digià
core si pianta
ogni 15 di ghjennaghju

Quì
Riposi

ANNETTE LUCIANI

Les roses cette nuit ont un parfum nouveau
un parfum de sang et de mûres.
Ce parfum de cendre et de mûres.
Marche mon cœur parmi les ronces.
les rochers.
la mer immense.
Jusqu’au nouveau Nom de l’exil.
La sève des ronciers bouillonne,répandue en chemin de mûres.
À l’assaut partent les désirs.
La rose enfin cause au mûrier
envieuse dans sa chair morte
de fruits que n’allaite pas la beauté.
barbouillant des lèvres d’enfants.
recouvrant la jeune emmurée.
Il s’en faudrait d’un seul baiser.
Flotte mon cœur au nom d’Exil
vers la chambre où la jeune morte
dort, de toute éternité.
Et la campagne immense
flotte dans ses yeux pâles.
E rosule stanotte hanu un profumu novu
Un profumu di sangue e d’accianelle.
Ssu profumu di cennera e d’accianelle.
Marchia u mo core fra i tangui
I pentoni.
U mare immensu.
Fin’a u novu Nome di l’esiliu.
A linfa di i lamaghj ribolle
Sparsa in camminu d’accianelle.
A l’assaltu partenu e voglie.
A rosula infine parla a u ghielsu
Invidiosa inda so carne morta
Di frutti ch’unn’allatta a bellezza.
Infilighendu labbre di zitelli.
Ricuprendu a giovana murata.
Ci mancheria un solu basciu.
Ondeggia u mo core a u nome d’Esiliu
Versu a camera induve a giovana morta
Dorme, da tutt’eternità.
E a campagna immensa
Ondeggia indi so’occhj pallidi.

Valérie Canat de Chizy parle de Une fenêtre sur la mer, une anthologie préparée par Angèle Paoli, dans sa chronique Lus et approuvés
Retrouvez cette anthologie à télécharger sur le site de Recours au poème éditeurs


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés