Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Voix du monde > Notre morceau de planète - Slađjan Lipovec

Notre morceau de planète - Slađjan Lipovec

dimanche 15 janvier 2017, par Roselyne Sibille

Traduit du croate par Martina Kramer - Édition bilingue
Photographies © Klavdij Sluban
PO&PSY princeps, à paraître en mars 2017


Slađan Lipovec est né en 1972 à Bjelovar, en Croatie. Poète et auteur de textes de prose, de critique littéraire et d’essais, il est rédacteur de la revue littéraire Quorum et dirige des rencontres de poésie et multimédia dans la région de la ville de Čazma, où il vit. Ses recueils de poésie, dont le présent volume propose une anthologie en première version française, ont été récompensés par plusieurs prix.


mali gradovi

najbrže tonu
u mrak
mali
gradovi
što manji
to brže padaju
kao i
čovjek
koji hodajući
kroz sumračje
primijeti
da mu ponestaje
tragova

les petites villes

très vite sombrent
dans le noir
les petites
villes
plus elles sont petites
plus vite elles sombrent
comme
l’homme qui
traverse
le crépuscule
et remarque
que ses traces
s’estompent

***

posljednja topla noć

kolika bi bila
praznina
iznad dvorišta
da nema
ovoga oraha
kažeš
ovo je
možda
posljednja topla noć
ove godine
i u tišini
koja se zavlači u razgovor
sa slutnjom skoroga
putovanja i zime
slušamo
kako vjetar kruni
suhe listove
riječi

šumno ih
sunovraća
u kosome padu

na podlozi
mjesečine
pomiješane
s tankom naoblakom
praznina
između fraktalnih grana
postaje
sve
vidljivija

dernière nuit chaude

quel vide
il y aurait
au-dessus de la cour
sans
ce noyer
dis-tu
c’est
peut-être
la dernière nuit chaude
de l’année
et dans le silence
qui s’immisce dans la conversation
avec le pressentiment du prochain
voyage et de l’hiver
nous écoutons
le vent qui couronne
les feuilles mortes
des mots

bruissantes les
précipite
dans une chute oblique

sur fond
de clair de lune
dilué
dans le voile de nuages
rend
le vide entre les branches
fractales
de plus en plus
visible

***

prizor oluje kroz prozor

grad je otvoren
kipući lonac
nad kojim se kovitlaju
oluje munje premrežuju
predvečernje nebo
po kojem uzbuđena
jata lastavica slijede
krivulje električnih
zmijurina i s njima se kupaju
u pljusku

scène d’orage à la fenêtre

la ville est un chaudron
bouillonnant ouvert
sous les tourbillons
des orages des éclairs quadrillent
le ciel du crépuscule
où excitées
des volées d’hirondelles suivent
les ondulations de grands serpents
électriques et se baignent avec eux
dans l’averse

***

zapis na autobusnoj karti

na maglovitim rubovima
grada vrijeme
kao da stoji jesen
ne donosi
utjehu zima ne
donosi snijeg lastavice ne
donose proljeće a ako i
vidiš da ti netko iz magle
domahuje to ne mogu biti
ja
ja samo
prolazi
nikog ne
pozdravlja

note sur un ticket de bus

sur les bords brumeux
de la ville le temps
semble arrêté l’automne
n’apporte pas
la consolation l’hiver
n’apporte pas la neige les hirondelles
n’apportent pas le printemps et même
si tu vois quelqu’un dans le brouillard
te faire signe ça ne peut pas être
moi
moi ne fait
que passer
ne salue
personne

***

naš komad planeta

nekoliko jutara zemlje
naš vlastiti komad planeta
upisan u katastarske knjige
to uistinu dobro zvuči
odaje našu moć
i osobito zadovoljstvo
mi mijenjamo
krajolik brižno i odvažno
kao što se odgaja dijete
nosimo ga u rukama
koračajući nogama okrećemo
planet jer naš komad
nije samo omeđen dio tla
to su sve naše putanje
kardiogram tragova koje ostavljamo
u samom srcu krajolika
u zemlji ispod nokata
i u noktima ispod zemlje

notre morceau de planète

quelques hectares de terre
notre propre morceau de planète
inscrit au cadastre
cela sonne si bien
révèle notre pouvoir
notre satisfaction personnelle
nous changeons
le paysage soigneusement et fièrement
comme on élève un enfant
nous le portons dans nos bras
de nos pas nous faisons tourner
la planète car notre morceau
n’est pas qu’un sol délimité
ce sont toutes nos trajectoires
le cardiogramme des traces que nous laissons
dans le cœur même du paysage
dans la terre sous les ongles
dans les ongles sous la terre

***

ples

nemoj
govoriš otvarati
kišobran zar ne vidiš
da i bez njega
letimo pod nama
topi se grad kada pogledamo
gore cijeli se korzo
sa svim svojim
stablima i pticama počinje
uzdizati lakoćom prvoga snijega
i naši prsti
i svi naši srsi plešu
ples grana s najkrupnijim
pahuljama

danse

n’ouvre pas
dis-tu
le parapluie ne vois-tu pas
que de toute façon
nous volons au-dessous de nous
la ville fond quand nous regardons
en haut toute la promenade
avec tous ses
arbres et tous ses oiseaux
s’élève légère comme la première neige
et nos doigts
et tous nos frissons dansent
la danse des branches avec les plus gros
flocons

***

odlazak u kino

smijali smo se
ničemu
hodajući
po smrznutom asfaltu
asfalte glavna sirovino
moga rodnog sela

govorio sam
držeći te
za ruku u džepu
svog kaputa
do početka
imali smo
desetak minuta
kao stvorenih
za
jedno
piće
i dok se
preko stola ljubimo
usnama
muljavim
od piva
glumci su
baš
bljedunjavi

sortie cinéma

nous riions
de rien
marchant
sur l’asphalte gelé
ô asphalte matière brute
de mon village natal

disais-je
tenant ta main
dans la poche
de mon manteau
avant le début
nous avions
dix minutes
comme faites exprès
pour
un
verre
et tandis que
nous nous embrassions par-dessus la table
nos lèvres
visqueuses
de bière
les acteurs étaient
plutôt
pâlots

***

zametak oluje

po višedimenzijskim
grafikonima neba
vjetrovi vijaju
vatene grudice
oblaka

turbulentnim ih zubićima
čupkaju
rasplećući im
kovrče
u lelujave maglice

žito
okrenuvši glave
kamo njihove
teške sjene
prolaze
sa strepnjom
ih promatra

embryon d’orage

sur les graphiques
multidimensionnels du ciel
les vents volutent
des grumeaux d’ouate
de nuages

leurs petites dents turbulentes
les pincent
défaisant leurs
boucles
en nuées ondulantes

le blé
tournant ses têtes
au passage
de leurs ombres
lourdes
les regarde
angoissé

***

SMS jeseni

umorna poput
laveža staroga
psa kiša je
obješena u
krošnjama

SMS de l’automne

fatiguée comme
l’aboiement d’un vieux
chien la pluie est
accrochée
au feuillage


(Page établie grâce à la complicité de Roselyne Sibille)


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés