Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Paysages > Cinq instants de dos : un livre de Karin Espinosa et Florence (...)

Cinq instants de dos : un livre de Karin Espinosa et Florence Barbéris

samedi 20 avril 2013, par Roselyne Sibille

Des figures apparemment identiques. D’abord gravées. En série. Puis des touches de couleurs. En plus. Qui dégoulinent. Dans le bas du dos. Au creux des reins.
Une sensuelle étrangeté. Je m’en écarte. Tout vibre en moi : ma main, l’encre, la feuille. Sensation charnelle. Voluptueuse. Inexorable attirance. Je reviens à cet homme. De dos. Apparemment robuste. Un effet de perspective ? Légèrement plié en avant. Je ne vois pas son visage, pas même de profil. Le corps est tendu vers le souvenir.
Secret. Caché.
Un même homme.
Cinq instants. De son existence.
Des corps à chaque fois différents. Postures. À contre-jour. Sans le savoir. En le voulant. Sans bouger. Il respire à peine. Le bleu se met à ruisseler le long de sa jambe repliée. Jusqu’au genou. Le rouge orangé se fige aussitôt. Sans rien changer. Tire au marron vers le bas. Sang coagulé. Sans doute. Pas plus bas. Je cherche une phrase à chaque dos. Les mots m’échappent. Juste me pencher par-dessus son épaule trop large. Sentir son odeur, son souffle, son désir. Me pétrir les entrailles.
Je vois les cordes tendues dévaler de son cou, le long de ses côtes, jusqu’au bassin. Plus étroit. Corps noueux. Soudain le voile tombe. Tout redevient blanc. Et noir. Froid. Corps d’ombres. Qui s’allonge. Se détend. Après avoir trop aimé.
Un homme ? Et si c’était une femme…



"Cinq instants de dos" - Texte Karin Espinosa - Gravures de Florence Barberis - 2007
5 gravures dans un boîtier bois
10 exemplaires et 2 tirages de tête avec texte en écriture manuscrite

Karin Espinosa Mini-entretien avec Roselyne Sibille

D’où vient l’écriture pour toi ?

De très loin, d’un souffle originel, du rythme corporel, du geste même d’écrire. J’ai abandonné la traduction, je me suis glissée dans ma langue, j’ai apprivoisé ma petite voix pour la dessiner avec mes mots.

Comment travailles-tu tes écrits ?

Longtemps. Je travaille, retravaille, soustrais, ajoute, reprends l’ordre des mots, ajuste les images. Je ne me jette jamais immédiatement dans l’écriture. Je vais au texte, je m’en éloigne, j’y retourne.

Que t’apporte l’écriture ?

L’écriture est un immeuble à étages. A chaque palier, un sentiment : l’angoisse de ne plus y arriver, le doute constructif quant à la justesse de ce que je suis en train d’écrire, la jouissance de "composer" une partition vocale, l’exaltation d’un mot à l’autre. Le bien-être, au point final.

Quel lien fais-tu entre poésie et peinture ?

Le lien évident est visuel. Je vois en écrivant et j’écris en voyant. Les mots trouvent leur place sur la page, comme les couleurs sur la toile blanche. Si l’inspiration émerge du même endroit de soi, le geste diffère, les deux expressions sollicitent le corps différemment.

Quel lien fais-tu entre ton écriture personnelle et l’écriture en ateliers ?

L’aventure. L’écriture est une perpétuelle exploration de sa propre humanité, une succession de rencontres. Dans mes ateliers, j’emmène les participants sur des chemins d’écriture que j’ai déjà empruntés.
L’étonnement, de ce qu’il me vient parfois d’écrire, de ce que les participants écrivent et lisent à l’issue de la séance. Il y a toujours une dimension extraordinaire, inattendue, inouïe.

Quelle serait ta bibliothèque idéale ?

Cela dépendrait des moments, de mes états d’âme, de mes envies très hétéroclites. Elle serait constituée de livres, qu’on pose en sachant qu’on pourra les reprendre, les (re)lire. Il y a un temps pour chaque livre.

Note bio-bibliographique

Née à Bruxelles, Karin Espinosa grandit au coeur d’une pensée européenne et étudie les lettres italiennes, avec la ferme intention de s’installer dans la péninsule. Elle part enseigner la littérature française à Sienne et elle travaille dans une librairie à Florence.
De retour en France, un goût prononcé pour la lecture et l’écriture l’amène à traduire des textes italiens encore inédits et à les publier. Elle dirige la Maison Antoine Vitez (Centre International de la Traduction Théâtrale) à Montpellier pendant huit ans.
En 2001, au Printemps des Comédiens à Montpellier, elle adapte et met en scène Neige de Maxence Fermine, avec Madeleine Attal.
Depuis 2006, elle signe des textes pour des livres d’artistes et participe à plusieurs expositions :
Objets de conversation, une résidence d’écritures et d’installations plastiques en septembre 2006 à la Chapelle Saint Julien de Salinelles (Gard).
Des pas dans la baignoire, en mai 2007, une île-lecture créée avec la complicité de la plasticienne, Amandine Meunier (La Baignoire à Montpellier).
Pris au mot, à la fin de l’été 2007, une balade-lecture en appartement autour de textes dans des écrins imaginés par des artistes.
En mars 2011, L’heure du bain, petites fantaisies pour mots et percussions écrites et créées en résidence à La Baignoire à Montpellier, reprises en tournée. Plus récemment, en novembre 2012, Un oiseau dans la tête, texte écrit dans l’atelier de la modiste Armelle Desoche et présenté à Casavoce, à Montpellier.
Aujourd’hui, lectrice à voix haute, elle poursuit son travail d’écritures et anime des ateliers en milieu scolaire, associatif et théâtral.


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés