Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Voix du monde > Filippo Ravizza (2)

Filippo Ravizza (2)

dimanche 23 février 2014, par Cécile Guivarch

VERSO LA FRANCIA

___
I

Danzano una nuova estate
i filari del Piemonte in verde
libertà nell’apertura antica
che chiama noi ci torna
incontro sotto questa mattinata
piano crescendo dietro alle mie
spalle il disegno della corsa
tutto ricordando nell’altrove…
potesse vivere sempre questo andare
questo baciare con il cuore
alberi e autostrada vita
e figlia e moglie e tempo
tempo che s’invera marciando
- oh sì così s’invera -
s’invera correndo al fianco.

II

Contrafforti di Savoia
alti rocciosi protesi
verso l’Italia abeti
e acque dominio delle
care terre nuvole impero
degli orizzonti chiusi
da aspre rocce trascorsi
sulle croci a mezza costa
volano i camosci magre
lance su Chambéry
alzano le spade i guerrieri
dei picchi acuti in cui
sprofondo oggi come ieri
oggi anni del secolo nuovo
primi primi anni primi
sguardi a voi piccoli
mausolei sentieri come scoiattoli
di montagna.

___
III

Verde verde infinito di Borgogna
bianche chiese muovono ai tuoi
vini ricchi di nostalgia mentre
infinite costellazioni come
bianchi coriandoli sedute
stanno le tue bianche mucche
giganti buoni bianchi fiumi che
vanno verso nord fiumi
che vanno ad ovest fiumi
ancora che vanno a sud
rosa rosa rosa dei venti
nel sole villaggi come
isole poche case dentro
il verde litorale che circonda
te cuore contadino dell’Europa.

___
IV

Ponte di Blois rocce e
barche affioranti sabbia
della Loira corrono case
attente lunghe nelle linee
verso i boschi in fuga
grandi e lasciati sui merli
dei castelli cresciuti nel tempo
severe acque a tratti scese
dentro al sole semplice nel grande
abbraccio mentre giunge alle acque come
piena corsa delle radure intorno
delle strade nella pianura che all’orizzonte
appare come infinita finita vita
della noia e dell’ignavia qui ora
ora che io figlio dell’Europa
ti riconosco e chino il capo alla
tua grazia e di te sento
pulsare il cuore o Loira
o ampia verità delle cose
o ampia libertà del tempo.

V

Morbide colline tiepidi seni
di te Loira come una donna
giovane offerti con l’emergere
dei boschi che quasi abbracciano
piccole case aria di famiglia
in questa vera umidità gotico
latina terra di una più alta
sintesi io penso ai tuoi
cieli che possono essere
grigi anche in agosto a
queste nuvole che corrono
cambiano il tempo ruotano
i pensieri come l’acqua che
più verde rende il verde così
verde acqua santa acqua benedetta
musica che fruttifica te
terra “terra del tramonto”
terra dei nostri sensi terra
infinita del cuore.

VERS LA FRANCE

___
I

Un été nouveau encore dansent
les arbres du Piémont en ligne
la liberté dans l’ouvert ancien
nous appelle venant à notre
rencontre en cette matinée et
lentement derrière les épaules
agrandissant le dessin du trajet
tout en rappelant l’ailleurs…
puisse vivre toujours ce voyage
cet embrassement du cœur
des arbres l’autoroute et la vie
la fille et l’épouse et le temps
temps qui vit en marchant
- oh oui il devient vivant –
vivant et courant à nos côtés.

II

Contreforts de Savoie
hauts rochers tendus
vers l’Italie sapins
et eaux domaine des
hautes terres et nuages
empire d’horizons clos
par d’âpres rocs
sur des croix à mi pente
volent les chamois
flèches fines vers Chambéry
ils dressent leurs épées les guerriers
de pics acérés vers lesquels
je sombre aujourd’hui comme hier
dans ces années d’un siècle neuf
premières années premiers
regards vers vous petits
mausolées sentiers comme des écureuils égarés
dans la montagne.
___

III

Verte infiniment verte Bourgogne
tes églises blanches glissent
vers tes vins riches de nostalgie
d’infinies constellations comme
de blancs confetti tes vaches
sont immobiles et blanches Géants
beaux et blancs sont tes fleuves
qui vont vers le nord tes fleuves
qui vont vers l’ouest fleuves
qui vont aussi vers le sud
et la rose des vents rose rose
dans le soleil tes villages sont
des îles où peu de maisons
dans le vert rivage qui t’entoure
toi cœur paysan de l’Europe.
___

IV

Pont de Blois rochers et
barques affleurant au sable
de la Loire les maisons vont
courant longues et tranquilles
vers les forêts en fuite
vastes et vides les créneaux
des châteaux poussés avec le temps
eaux sévères d’un trait tombés
dans le simple soleil et le vaste
embrassement quand il arrive dans les eaux
en pleine course depuis les clairières alentour
depuis les routes dans la plaine à l’horizon
qui paraît infini finie la vie
de l’ennui et de l’errance ici là
maintenant fils de l’Europe je suis
te reconnais et je m’incline devant
ta grâce et j’entends battre
ton cœur ô rivière Loire
vaste vérité des choses
vaste liberté du temps.

V

Douces collines aux seins si tendres
tu es Loire comme une jeune
femme t’offrant avec la venue
des bois qui embrassent presque
les petites maisons un air de famille
dans cette vraie moiteur gothique
latine terre d’une synthèse plus
haute je pense moi à tes ciels
gris même au plein mois d’août
à ces nuages qui courent
changeant le temps roulant les
pensées telle l’eau plus verte
qui fait encore le vert si vert
eau bénie eau sacrée eau
musique qui féconde la terre
terre du couchant
terre des sentiments
terre sans fin du cœur.


Bookmark and Share


1 Message

Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés