Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Voix du monde > David Leo Sirois

David Leo Sirois

vendredi 19 juin 2015, par Sabine Huynh

[blanc]traduit de l’anglais (USA) par Carole Birkan-Berz[/blanc]

(Photo © Sabine Dundure)

NAME. (3)

CONTAINER

This container carries countless
shards of shaken stars
& witnesses
wisdom of air
holding everything in place
making us move & sit & wait
This container moves with each
appearance disappearance
& cannot apologize for
rough polarities
causing friction in our heads
Container that creates
sustains dissolves
all that we don’t need
& what we need as well
at times with water
times with flame
This container can be emptiness
painting an entire universe
on the canvas of her own skin
A row of sidewalk trees
green haunts the street
People stacked
one upon another
brick over brick
talking constantly
online on phones
in kitchens
repeating the same
word clusters always
crows flying out of their mouths
Why am I alone among
darkening clouds
This container has an
undercurrent
that can drag me
by the ankle
if I am not careful
Container which wails its sirens
carrying crime addicts
& the dying
Alive & on the seventh floor
silently on fire
the crown of my head
It is said
this planet is a magnet
This container contains
so much I cannot mention
my lips would be bleeding
It liquefies
souls who hold themselves
rigid brittle inflexible
as a dead plant
It plants its seed
in the womb of the real
growing actors
for its play
Container that carries
markets with faces in flux
wide-mouthed bags
devouring oranges & artichokes
while the sky is perpetually
made fresh
Container
whose persistent air
is the most intimate touch
I will ever receive
This container
marks a mirror
holding nothing
but itself
Container that can bring
ebullience
to the lips
of every participant
Container that gives darkness
a face observing from everywhere
This container exhibits genius
in the mise-en-scène
of every element
in its wide-scale production
Container happy as a young deity
perfectly silent
& holding the whole cacophony in her belly
Tiny drop of milk
my name & losing all its form
I stand inside
your kind presence
repeating every letter
of your name your name
your name

Nom. (3)

RÉSERVOIR

Ce réservoir contient d’innombrables
éclats d’étoiles épars
témoins
de la sagesse de l’air
qui maintient tout en place
& nous fait mouvement
assise attente
Ce réservoir avance à chaque
apparition disparition
& ne peut s’excuser
de rudes polarités
venant frotter
contre nos têtes
Réservoir qui crée
soutient dissout
tout ce qui nous est inutile
& utile aussi
parfois par l’eau
parfois par le feu
Ce réservoir peut se faire vide
peindre tout un univers
sur la toile de son épiderme
Une rangée d’arbres
sur un trottoir
le vert hante la rue
Des personnes empilées
les unes sur les autres
brique sur brique
parlant constamment
en ligne au téléphone
à la cuisine
répétant les mêmes
grappes de mots les corbeaux
sortent de leur bouche et s’envolent
Pourquoi suis-je seul au milieu
de ces nuages qui s’assombrissent
Ce réservoir porte
une lame de fond
qui peut me saisir
par la cheville
si je n’y prends garde
Réservoir qui fait hurler
ses sirènes
transportant les accros au crime
& les mourants
Vivant & au 7ème étage
le sommet de ma tête
en silence s’embrase
On dit que cette planète
est un aimant
Ce réservoir contient tant
que ne pourrais en parler
sans saigner des lèvres
Il liquéfie
les âmes qui se tiennent
rigides friables inflexibles
comme plantes mortes
Il plante semence
dans le ventre du réel
fait croître les acteurs
de son jeu
Réservoir qui porte
les marchés & leurs visages en flux
sacs à bouches béantes
dévorant artichauts & oranges
sous un ciel sans cesse renouvelé
Réservoir
dont l’air persistant
est le plus intime toucher
que je recevrai jamais
Ce réservoir est un miroir
ne reflétant que lui même
Réservoir qui peut faire jaillir la joie
sur les lèvres
de chaque participant
Réservoir qui donne à l’obscurité
un visage qui observe de toute part
Ce réservoir fait montre de génie
dans sa mise en scène grandeur nature
de chaque élément
Réservoir heureux comme une jeune divinité
parfaitement silencieuse
& portant dans son ventre toute cette cacophonie
Mon nom comme
infime goutte de lait
perdant toute sa forme
Je me tiens au sein
de ta douce présence
& répète chaque lettre de ton nom
ton nom
ton nom


David Leo Sirois is the host of SpokenWord 2 – Open Secret, and doorman at SpokenWord Paris. See his blog on the inner life & pigeons. He was born in New Brunswick, Canada, and grew up across the border in Madawaska, Maine, as a dual citizen. Living in Paris for almost four years, his poems have appeared in Anglophone Parisian magazines THE BASTILLE, Belleville Park Pages, and Paris Lit Up, and many American poetry journals ; approximately 30 publications between the two countries. He has given almost 20 featured readings, in four countries. TimeOut Paris described him as « une espèce de Woody Allen en rimes, qui captive l’audience avec une science toute personnelle du récit. » He has recently finished a manuscript called Songs to Growing Things, split between poems to plants & to pigeons, as well as a more serious manuscript of 20 years’ work, Silver Shiver Fragment.

David Leo Sirois est présentateur de la scène ouverte SpokenWord 2 – Open Secret, et hôte de SpokenWord Paris. Il écrit un blog sur la vie intérieure & les pigeons. Né au Nouveau-Brunswick au Canada, il a grandi de l’autre côté de la frontière à Madawaska dans le Maine, et possède la double citoyenneté américano-canadienne. Installé à Paris depuis près de quatre ans, ses poèmes ont été publiés dans les revues anglophones parisiennes THE BASTILLE, Belleville Park Pages et Paris Lit Up et dans de nombreuses revues américaines (une trentaine publications en totalité). David a donné vingt lectures de poésie, dans quatre pays différents. Décrit par TimeOut Paris comme « une espèce de Woody Allen en rimes, qui captive l’audience avec une science toute personnelle du récit », il a récemment terminé un manuscrit intitulé Songs to Growing Things, composé de poèmes consacrés aux plantes et aux pigeons, ainsi qu’un manuscrit plus sérieux, résultat de vingt années de travail, intitulé Silver Shiver Fragment.

[NdT : Merci à David Leo Sirois pour ses précieux éclairages et à Oriane de Laubrière pour sa relecture. La version anglaise de Container a été publiée dans la revue Paris Lit Up.]


(Page élaborée avec la complicité de Sabine Huynh)


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés