Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Voix du monde > Ambar Past, traduite par Nicole Laurent-Catrice

Ambar Past, traduite par Nicole Laurent-Catrice

mercredi 30 septembre 2015, par Cécile Guivarch

"Ambar Past vit au Mexique, à San Cristóbal de Las Casas. Elle a créé les Talleres Lenateros (Ateliers Bûcherons) où sont fabriqués, par les femmes mayas, des papiers composés de plantes, de bois et de fleurs.

Une anthologie bilingue tzotzil/espagnol de poèmes de femmes, fut publiée dans ces ateliers sous le titre Conjuros y ebriedades. Dix de ces poèmes viennent de paraître en version trilingue (tzotzil, espagnol, français) sous le titre Ivresse et désenvoûtements aux éditions Passage d’encres, traduits par Nicole Laurent-Catrice.

En 2005, sous le titre : Huracana (Ouragante) l’ensemble de ses textes fut édité par le Gouvernement de l’Etat de Chiapas."

(Extrait de la quatrième de couverture de Ouragante qui reprend de longs poèmes de ce recueil traduit en français par Nicole Laurent-Catrice aux Editions du Frisson Esthétique)

__
__

Extraits de Les points sur les i de clitoris

Les femmes commencent à chercher

I

Les femmes commencent à chercher
et dans leur lit elles découvrent
des hommes qui ne parlent pas.
Elles découvrent la semence et des hommes muets.
Le sperme sort mais pas la parole.

Les femmes cherchent
l’amour et elles ne trouvent
que leurs enfants.

Les hommes s’appellent fils
ou amants.
Ils vont peindre la grotte
où la femme fait du feu.

__
__
__

II

L’homme ne dort pas dans un lit.
Il dormait dans le ventre de sa mère
et maintenant il voudrait
y retourner.
Les hommes cherchent
leur mère dans les fleuves
où vont les femmes
quand elles accouchent.

__
__

VIII

Tu ne sais même pas son nom mais il t’emplit
de son corps comme la marée envahit une grotte.

Il pénètre dans ta mémoire
dans tes matins.

Il aime te donner du plaisir.

Un plaisir sans ambitions.
Un plaisir anonyme.

Une fois vous avez passé toute la nuit ensemble.
Souvent
tu étends tes draps au soleil et tu l’attends.
Ce n’est jamais à ces moments-là qu’il vient.

__
__

XIV

Une couleuvre m’habite.
Elle se cache à l’ombre du palmier
qui pousse dans le patio de ma maison.
Le soleil est dans ma chair.
J’ai de la terre, de la mousse, des lichens à l’intérieur de moi.
Je suis la couleuvre.
Je me glisse dans le bois.
Une femme chemine sous les arbres.
Je suis elle aussi.
La jardinière de la montagne où vit la couleuvre.

Une couleuvre cherche la nuit entre mes bras.
Elle renifle mes aisselles.
Je la berce.
Je suis la couleuvre.

__
__

XVI

J’ai un paysage dans mon ventre.
Une montagne qui reverdit quand je rêve.
Je veux dire : C’était la maison de ma grand-mère.
Le fourneau près duquel on nous endormait
pendant qu’on grillait le pain du matin
C’étaient ces pierres-là,
le bouquet de pêchers où grimpaient les chayottes.
Ici il y avait une balançoire.
Et là le puits.

Et cette odeur après l’ondée.

__
__

XVII

J’ai plusieurs corps qui dorment avec moi.
J’ai le corps que je montre au médecin
et l’autre
que je regarde dans le miroir.

Te souviens-tu du corps qu’autrefois tu embrassais ?
Je ne suis pas fidèle à sa nudité.
Il est resté au lit quand je me suis levée
et d’autres corps l’ont courtisé
l’ont vaincu.

Aujourd’hui je l’ai lavé. Je l’ai étendu
comme un drap blanc.


Nicole LAURENT-CATRICE

Née dans le Nord de la France. Enfance en Anjou puis à Paris. Vit en Bretagne. Professeur d’espagnol de 1960 à 1967.
A consacré sa vie à la poésie : Rencontres Poétiques Internationales de Bretagne, festival de Rennes Les Tombées de la Nuit, émissions de radio, ateliers d’écriture pour scolaires et adultes.
A publié une dizaine de traductions de poètes de l’espagnol, et en collaboration de l’anglais (d’Irlande), du bulgare, du roumain, du hongrois et du lituanien.

A publié une vingtaine de recueils de poèmes dont quatre aux éd. L’Arbre à Paroles

  • Métacuisine (1999)
  • Corps Perdu (juin 2001)
  • Table et Retable (2003)
  • La part du feu (déc. 200) et Cairn pour ma mère (octobre 2008) éd. La Part Commune Seconde anthologie 2001/2011/Segunda antología poética (éd. Clapàs, Millau, janvier 2012)

Deux romans :

  • Les gants de velours (éd. Le Petit Pavé, Angers, 2010)
  • Le destin d’Ernestina de La Cueva (éd. La Part Commune, Rennes, 2011)

A réalisé des livres d’artistes
avec la plasticienne Isabelle DUBRUL :

  • Corps perdu (Atelier Tugdual , Saint-Malo)
  • Mémoire aux alouettes (tirage limité)
  • Elle rit, vit, erre (rouleau sur soie, réalisé en 7 exemplaires, 2014)

et avec la plasticienne Marie-France MISSIR

  • Autodafé du temps (éd. Carré d’encre)
  • Fils tirés (éd. Carré d’encre)
  • Fils filins fêlure (éd. Carré d’encre)
  • L’ivre de lecture (éd. Carré d’encre)
  • Visage (éd. Carré d’encre)
  • Déchiffrer les jours avec des papiers sculptés de Jean-Michel Letellier (éd. Carré d’encre)

et avec l’artiste graveur Claire Chauveau

  • L’abécédaire de Claire (éd. La Branche Rouge)

Un essai : Angèle Vannier et la Bretagne (2004, éd. Blanc Silex)
Diverses contributions à des ouvrages collectifs


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés