Terre à ciel
Poésie d’aujourd’hui

Accueil > Bonnes feuilles > Alphabet de Philippe Jaffeux par Orlando Jotapil Rodriguez

Alphabet de Philippe Jaffeux par Orlando Jotapil Rodriguez

vendredi 3 avril 2015, par Cécile Guivarch

Un thème apparemment très insignifiant, potentiellement gros de toute la littérature : celui de l’alphabet. Toutes les bibliothèques, toute la pensée scientifique et littéraire sont sorties de cette petite suite de 26 signes, (et sur les dix signes de la numération) et c’est sur ce paradoxe que Philippe Jaffeux nous entraîne à méditer et à rêver avec son livre, ALPHABET, un gros volume format A4 sous une couverture bleue.(1)
Il ne faut pas être pressé d’entrer dans le sanctuaire, l’accès en est gardé par de redoutables énigmes. D’abord, il ne prend en considération que les lettres de A à M, ce qui laisse à penser qu’il y aura un second volume (2). A chaque lettre est consacré un chapitre de 26 pages numérotées de A à Z, et chaque chapitre possède sa structure propre, résumée à la fin par une courte notice. La lecture d’une page d’ ALPHABET présente un aspect monotone, apparemment répétitif et dépourvu de signification. Outre les lettres de l’alphabet, les chiffres, l’électricité, un analphabète, le clavier et l’écran de l’ordinateur, l’auteur, le hasard (toujours orthographié hasart), la page, la ligne et l’interligne, l’encre, et quelquefois les galaxies et autres entités cosmiques jouent un rôle important dans le discours d’ALPHABET.
On s’aperçoit rapidement que la technique de lecture apprise à l’école ne donne aucun résultat : le contenu reste hermétiquement clos, on se demande même s’il ne cache pas un vide vertigineux. Mais à mesure qu’on tourne et retourne l’ouvrage, qu’on y entre par telle ou telle porte dérobée, qu’on y essaye de nouvelles voies à l’instar d’alpinistes lancés à l’assaut d’un massif inexploré, on découvre des paysages étonnants qui récompensent de tous les efforts.
Ce qu’on va lire ci-dessous représente l’état actuel d’une recherche en cours qu’on peut lire dans son intégralité sur le blog Poèmik. Et cette lecture n’est qu’une infime partie des lectures possibles dans une seule page d’ALPHABET, a fortiori dans le livre entier.


UNE lecture du chapitre J


et d’abord, une lecture de la page A du chapitre J


Pourquoi la lettre J ? Et pourquoi la page A ? Eh bien, parce qu’il faut un début à tout, que tout dans le livre invite au hasart ; et que la méthode choisie est celle du livre ouvert au hasard. Hasard ici un peu guidé, puisque J est J comme Je, comme Jeu, et aussi comme Jaffeux.

Dans l’expression du titre ci-dessus "une lecture", l’indéfini UNE est souligné pour indiquer l’indécision du nombre de lectures possibles : c’est UNE lecture parmi une multiplicité de possibles.

Tout d’abord, on note des récurrences : celles de "un abcdefghij" et de "encre" sont les plus remarquables. La première revient trois fois, la seconde cinq fois. Elles sont à chaque fois accompagnées d’un qualificatif différent :

un abcdefghij singulier
une encre inspirée
une encre émerveillée
un abcdefghij hypnotique
l’encre d’un écrivain (?)
une encre ordinaire
un abcdefghij géométrique
une encre théorique

Les occurrences, relevées dans l’ordre de leur apparition, sont disséminées dans la page. Les espaces qui les séparent pourraient être interprétés.
Il faut noter une occurrence qui se singularise, "l’encre d’un écrivain", d’abord par le déterminant défini, contrairement à tous les autres, indéfinis, et ensuite par la qualification que donne un groupe nominal (d’un écrivain) alors que, pour tous les autres, c’est un adjectif.

Une autre singularité : "une encre théorique". Ce sont les derniers mots de la page. Et ils occupent à eux seuls la dernière ligne. On notera au passage la façon spécifique à Alphabet dont le sens se forme : l’adjectif ne qualifie nullement le nom auquel il se rapporte, comme le veut habituellement la syntaxe, mais il entre en résonance avec tout le texte, et même avec le hors-texte. Ici, nous découvrons le sens en examinant la suite des qualificatifs, la structure de cette suite, et en tenant compte de la situation particulière de l’auteur, de ce qu’il en a lui-même révélé dans un entretien, publié ici-même.(3)

Observons donc ces qualificatifs :

singulier/inspirée/émerveillée/hypnotique/d’un écrivain/ordinaire/géométrique/théorique

La liste se scinde en deux parties, subjective (les quatre premiers mots) et objective (les trois derniers), l’expression atypique "l’encre d’un écrivain" faisant office de pivot, comme il se doit.

Les qualificatifs subjectifs donnent un tableau des réflexions qu’on est amené à faire, des sentiments ressentis à la lecture, par l’auteur peut-être, par le lecteur ensuite :

1- singulier : une singulière entreprise en effet, que cet ouvrage ! Probablement unique en son genre.

2- inspirée : le qualificatif du lyrisme. Cette écriture, froide en apparence, est en réalité et profondément un chant du coeur.

3- émerveillée : l’auteur certainement, le lecteur ensuite, est empli d’un étonnement admiratif devant la complexité de cette machine (au diable la modestie, il faut dire les choses comme elles sont !) et l’énormité du travail qu’a exigé sa création.

4- hypnotique : c’est "l’effet mantra", produit par la longueur similaire des phrases, et par la répétition lancinante des mots et des structures.

5- d’un écrivain : on bascule vers le versant objectif. L’écrivain est conscient de sa position centrale, et de sa fonction créatrice. Mais il est discret, ne dit pas JE -seulement JEU : "L’écho d’un jeu illisible", à la cinquième ligne, avec le doute sur l’intérêt de son travail : "illisible". Un travail colossal, et pourtant, combien de lecteurs rencontrera-t-il ? Et donc, mérite-t-il le noble nom de "travail", ou seulement celui de JEU ?

6- ordinaire : après les bouffées d’orgueil, le retour de la modestie ! Qui a le dernier mot !

7- géométrique : c’est l’aspect de l’ouvrage qui saute aux yeux quand on le rencontre pour la première fois. On pense à Spinoza : Ethica more geometrico demonstrata. "... à la manière des géomètres (des mathématiciens).

8- théorique : comme toute théorie, Alphabet est vide - ou se prétend tel - mais il est riche d’un immense potentiel

Avec Philippe Jaffeux, on le voit, rien n’est laissé au "hasart".

Le chaos apparent révèle son sens profond, ses significations foisonnantes, c’est la marque de la vraie littérature, empreinte humaine, source inépuisable de rêve... On pense aux Chants de Maldoror, mais aussi au Yi King, et même à l’Odyssée, une Odyssée intérieure, un voyage dans la richesse fantastique de l’imaginaire. Même réduit à l’immobilité, l’être humain poursuit son aventure.

Appelant à d’autres explorations.

Orlando Jotapil RODRIGUEZ

(1)
Alphabet a été publié par :
Les éditions Passage d’encres.(juin 2014)
Les éditions Sitaudis (en ligne)

(2)
Curieusement, les lettres N et O ont fait l’objet d’une publication antérieure à ALPHABET de A à M.. La lettre N L’E N IEME a été publié en Mars 2013 par Les éditions Passage d’encres et la lettre O L’AN / a été publié en Septembre 2011 par L’Atelier de l’agneau Editeur.

(3)
Sur le blog Poèmik, mais d’abord sur Libr Critique :

[Entretien] Du spirituel à l’art électrique, entretien de Philippe Jaffeux avec Emmanuèle Jawad - Libr-critique

On peut suivre le journal de lecture d’Alphabet sur Poèmik, le blog de la Micronésie poétique
ou en direct sur le groupe de discussion Yahoo : Poésie Libre Echange 4


Bookmark and Share


Réagir | Commenter

spip 3 inside | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 Terre à ciel 2005-2013 | Textes & photos © Tous droits réservés